Dossier usine du Sud : les automobilistes mis à rude épreuve

nickel
Dossier usine du Sud : blocages routiers sur plusieurs axes
Images du jour, à Nouméa, Boulari, Néméara, La Foa, Païta, Tomo, Fonwhary et Saint-Louis. ©NC la 1ere
Cette journée de mardi s'est écoulée au rythme des blocages et déblocages de route, en plusieurs points de la Nouvelle-Calédonie, toujours dans le cadre du conflit autour de la reprise de l'usine du Sud. 
[MISE A JOUR DU DEBUT DE NUIT]

Malgré le coup de théâtre survenu lundi soir (l'annonce du retrait de l'offre Sofinor-Korea Zinc), la mobilisation des opposants au consortium Prony Resources - Trafigura s'est poursuivie, concernant la cession de l'usine du Sud. Cette journée de mardi a pris la forme d'une litanie de blocages et déblocages routiers.

Le compte-rendu de Nathan Poaouteta, Lizzie Carboni et Cédric Michaut : 
Mais voilà qu'en début de nuit, la RT1 était à nouveau signalée bloquée par la gendarmerie, dans la partie Nord de Païta. 

Traversée de Saint-Louis

Au Mont-Dore, la traversée de Saint-Louis était toujours fermée. Lundi en début de soirée, la RP1 a été bouclée dans les deux sens entre Saint-Michel et le rond-point de La Coulée, par les forces de l'ordre, pour sécuriser la route provinciale. On ne sait pas jusqu’à quand.  

Navettes maritimes

Par conséquent, le dispositif de navettes maritimes a été reconduit au Mont-Dore mardi à partir de 6h30, entre le débarcadère du Vallon-Dore et la marina de Boulari.
Et «si le blocage de la RP1 perdure», il le sera de nouveau mercredi, dès 6 heures. Avec une priorité donnée aux urgences, souligne la mairie : personnes dialysées, malades et personnels prioritaires.
Des centres d'hébergement étaient à nouveau ouverts ce soir, dans les salles omnisports de Boulari et du Vallon-Dore.
Et pour rappel, un numéro vert est à disposition des Mondoriens, au 05 15 16.
Le reportage de Lizzie Carboni et Cédric Michaut :
 

Citoyen mondorien à la brigade de Plum

Mardi en fin de matinée, à l’appel de Citoyen mondorien, des habitants de la partie Sud ont manifesté leur ras-le-bol de ces blocages routiers devant la brigade de Plum. «Une centaine de personnes étaient présentes, estime l'association. Les membres du bureau ont été reçus par la gendarmerie et ont déposé un courrier à l’attention du haut-commissaire, ainsi qu’une nouvelle plainte.» Et d’assurer : «Nous avons appris avec stupeur qu’aucune action de rétablissement de la circulation ne serait entreprise avant jeudi.» 
Un rassemblement similaire est annoncé ce mercredi matin, à hauteur du wharf d’où partent et arrivent les navettes maritimes, près de la maternelle les Dauphins.  

Le collectif devant le commissariat

Le collectif «usine du Sud = usine pays» appelait pour sa part à un rassemblement devant le commissariat central de la police nationale à Nouméa. Mardi en fin de matinée, environ 150 personnes étaient réunies dans le calme. En soutien à la cinquantaine de personnes interpellées dans le cadre des confrontations d'hier, et pour demander leur libération.
Explications de John Tindao, président du conseil de l'aire Drubea-Kapumë, au micro de Lizzie Carboni et Cédric Michaut :
  

La RT1 entravée en plusieurs points

On le disait, emprunter la RT1 n’était pas de tout repos, ce mardi. Dès tôt le matin, la route territoriale a été ponctuée par des points de mobilisation en province Sud.
A Bourail, Païta ou encore La Foa, ils sont passés par différents stades : blocage complet, barrage filtrant avec circulation alternée, déblocage… 
Vers 17 heures, la gendarmerie signalait qu’on pouvait circuler sur l’ensemble de l'axe, mais avec encore de forts ralentissements.
A Païta, la route a été longuement bloquée ou entravée à la sortie Nord du village, à la jonction avec la voie express à hauteur du pont routier de Tiaré-Ondémia. Et à hauteur du bas du col de la Pirogue. A 15h30, par exemple, on pouvait circuler, mais avec de forts ralentissements, des obstacles su la route et une déviation par le village. Plusieurs véhicules ont été visés par des projectiles.
Dans l’après-midi, Boulouparis présentait un regroupement au Nord, mais aussi un autre au Sud : des camions bennes ont été postés à Tomo, avec de la terre, permettant de filtrer le passage. Or, il ne s’agissait pas des membres du collectif «usine pays». Plutôt d’une réaction de leurs opposants.   
A Bourail, la circulation a aussi été longuement perturbée, au Nord du village, au croisement avec la transversale qui mène à Houaïlou. La RT1 y a été coupée dans les deux sens, le matin. A la mi-journée, le barrage en place est devenu filtrant. Dans ce contexte, le maire de Bourail, Patrick Robelin, a lancé un appel au calme.
A La Foa, le point de pression s'est situé à hauteur de l'embranchement qui mène à la transversale vers Canala par le col d'Amieu.
«Compte-tenu du blocage du carrefour de Fonwhary annoncé», le matin, la mairie a cherché à faire rentrer chez eux les écoliers résidant à Farino et Moindou. Et a ouvert l'hôtel de ville aux personnes bloquées.
En début d'après-midi, le blocage de la RT1 dans les deux sens à Fonwhary était effectivement opéré. Avant de passer en mode filtrant vers 15 heures.
En fin de journée, la mairie de La Foa annonçait la fermeture des Bégonias et de l'école Yvonne-Lacourt jusqu'à nouvel ordre, et l'interruption du transport scolaire municipal.
Même décision à Moindou : l'école Odile-Forest sera fermée demain, le transport scolaire vers le village, La Foa ou Bourail ne sera pas assuré.
Et puis retour au Mont-Dore, sur la route de Yaté, où la gendarmerie signalait peu après 8 heures un blocage à hauteur du col de Mouirange. Gêne également au rond-point de sortie de la VDE. 
 

Le haut-commissaire appelle tout le monde au calme

Au terme de cette journée, le haut-commissaire lance un appel au calme et à la responsabilité de tous. Laurent Prévost indique que les «actions doivent se dérouler dans les limites du droit de manifester et dans le respect des consignes des forces de l'ordre».
Les Outre-mer en continu
Accéder au live