KNS : un vaccinodrome d’envergure mis en place à l'usine du Nord

coronavirus
KNS : un vaccinodrome d’envergure mis en place à l'usine du Nord
©NC1ère
Koniambo Nickel a mis en place un vaccinodrome pour ses employés. Le but ? Accélérer la vaccination au sein de l’entreprise.

Après les site de Donimabo et Vale, le site industriel Koniambo Nickel a mis en place un vaccinodrome pour ses employés. Avec pour seul objectif : protéger les salariés ainsi que leur famille. “On a l’occasion de se faire vacciner justement pour enrayer cette pandémie. J’estime que c'est nécessaire. C’est surtout pour moi-même et pour protéger ma famille ainsi que les collègues sur site. Se protéger et protéger les autres", nous confiait Mouridi Bacar, sous-traitant Koniambo Nickel. 

Sur près de 1200 personnes, 400 ont déjà reçu au moins une injection, une soixantaine de volontaires se sont présentés ce matin. Au centre médical, les candidats aux vaccins arrivent avec des certitudes mais aussi des doutes : 

Il y a ces interrogations, on nous pose ces questions et je réponds en fonction des données de la science ainsi qu’avec les informations qu’on a pu avoir par l’OMS, la DASS, la Haute Autorité de Santé, toutes ces informations sont compilées et j’essaye d’être le plus clair.

Jean-Marie Bellec, Médecin du travail, Koniambo Nickel 

Distanciation sociale, gestes barrières, prise de température, les protocoles sont mieux respectés en général en entreprise qu’à la maison. Hier matin, un centre de déchoquage a été installé par les pompiers près des lignes de vaccination. Par ailleurs, Koniambo Nickel pense aussi au reste de la population : 

On a le moyen de pouvoir dépister le personnel avec les tests antigéniques, KNS a également assuré la prise en charge des tests PCR qui étaient déployés au CHN, on a investi dans un deuxième appareil pour dépister plus de personnes.

Albert Kakue, Responsable HSEQR, Koniambo Nickel

Du personnel en voie de vaccination et du matériel médical au profit de la population, des faits simples mais rafraîchissants. 

Reportage sur place de Gilbert Assawa et Brice Bachon : 

©nouvellecaledonie