L'Union calédonienne dresse le bilan de son comité directeur

référendum
L'Union calédonienne en comité directeur à Téné, Bourail, le samedi 12 mars 2022
L'Union calédonienne en comité directeur à Téné, Bourail, le samedi 12 mars. ©NC la 1ère
Le récent comité directeur de l'UC à Téné a permis au parti indépendantiste de "réaffirmer [ses] fondamentaux", écrit son président dans un communiqué. Daniel Goa y redit la volonté de faire accéder la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté et de faire annuler la consultation du 12 décembre 2021.

Un communiqué en guise de résumé. Trois jours après son comité directeur de samedi dernier, à Bourail, l'Union calédonienne rend compte de ses travaux dans un document signé de son président. Cette réunion politique a permis, écrit Daniel Goa, "de réaffirmer les fondamentaux du mouvement et d’acter le cadre de notre prochain congrès".


"Position indéfectible et ferme de faire accéder le pays à la pleine souveraineté"

Et d'énumérer : "Nous avons réaffirmé notre position indéfectible et ferme de faire accéder le pays à la pleine souveraineté tel que prévu dans l’Accord de Nouméa en faisant respecter les dispositions suivantes : le droit inné et actif à l’autodétermination ; le processus de décolonisation ; le gel du corps électoral; la citoyenneté devant devenir nationalité ; l’irréversibilité des transferts ; les transferts résiduels ainsi que les transferts des compétences régaliennes."

Volonté de saisir la Cour internationale de justice

Il répète que l'UC "s’emploiera à tout mettre en œuvre pour annuler la consultation 'bidon' du 12 décembre, maintenue malgré la non-participation dans son immense majorité de la population concernée dont le peuple premier. A ce titre, la Cour internationale de justice sera saisie au travers du FLNKS afin de faire valoir ces positions et confirmer l’invalidité et l’illégitimité de la dernière consultation (…), entraînant de facto, avance-t-il, l’incompatibilité et donc la suppression de toute période transitoire."

Pas la présidentielle, mais les élections suivantes

Concernant la présidentielle, ce parti indépendantiste "décide de ne pas participer" - alors que le Palika appelle à soutenir un candidat de gauche au premier tour. Mais l'Union calédonienne, ajoute le communiqué, "va explorer à l’occasion de son prochain congrès les possibilités d’exploiter toutes les tribunes y compris les législatives et les sénatoriales pour défendre ses positions."

Le dit-congrès aura lieu en avril. Il "s’inscrira comme une étape fondamentale pour mettre en ordre de bataille l’ensemble de nos structures, et prolonger notre action de rassemblement et d’unité au sein du FLNKS et l’ensemble de la mouvance nationaliste et progressiste", assure encore Daniel Goa.