L'UT CFE-CGC suspend son mouvement de grève à Air Calédonie

transports
Coronavirus Aircal avion vers Vanuatu
Image d'illustration ©Air Calédonie
La grève entamée mardi 16 août au sein de la compagnie aérienne domestique Air Calédonie par l'UT CFE-CGC a été suspendue à compter de 16 heures, samedi 20 août. Les salariés grévistes reprennent le travail à la veille de la rentrée des classes et pour débloquer les passagers immobilisés.

Fin de conflit en vue à Air Calédonie. Après quatre jours de grève, l'UT CFE-CGC relâche la pression sur les passagers bloqués et sur la direction de la compagnie aérienne. Dans l'après-midi du samedi 20 août, ses représentants, les délégués des syndicats affiliés et les salariés grévistes ont annoncé la suspension du mouvement social entamé mardi 16 août.

Ce dernier a pris la suite d'un premier conflit, initié le 4 août par l'USTKE. Depuis, à l'île des Pins et à Ouvéa, Lifou et Maré, la file des passagers bloqués s'est considérablement allongée, la totalité des vols ne pouvant plus être assurée. Ce déblocage "permettra d’assurer le plus rapidement possible, le retour des enfants scolarisés et de toutes les personnes qui sont actuellement bloquées", indique un communiqué.

Un texte à retrouver ci-dessous :

Des communiqués et des négociations

Les négociations entre les différentes parties concernées se sont poursuivies tout au long de la journée de samedi. En matinée, Christophe Coulson, secrétaire général de l'UT CFE-CGC a animé une conférence de presse pour rendre compte de l'absence d'avancée, tandis que le programme des vols du jour s'est réduit à trois vers l'Ile des Pins, ainsi que trois autres vers Maré, avec une priorité accordée aux passagers en attente de transfert.

En fin de matinée, Samuel Hnepeune, président directeur général d'Air Calédonie, toujours déplorait, toujours par le biais d'un communiqué, à retrouver ici, que des "déclarations faites hier soir [vendredi, NDLR] témoignent d'une volonté délibérée d'enliser le conflit". Dans la foulée, le PDG a demandé que "des mesures particulières en cas de grève dans les entreprises assurant une mission de service public telle qu’Air Calédonie" soient mises en place. Toutefois, les discussions étaient "toujours en cours."

La situation s'est encore tendue, avec un communiqué de presse émis par l'USTKE, en début d'après-midi. Alors qu'après douze jours de mobilisation, une solution de sortie de crise a été proposée, avec la prise en charge de la co-pilote à l’origine du premier mouvement social, par la province des Îles et que cette première grève a été suspendue, l'USTKE a rappelé que le projet d'accord devait être finalisé, au plus tard, ce samedi.

A ce jour nous demeurons sans retour de la direction générale d'Air Calédonie

Rodolphe Wédé, secrétaire général de l'USTKE

Un communiqué à retrouver, ci-dessous :

Un retour à la normale escompté

Alors qu'après deux semaines de vacances, les cours reprennent lundi 22 août dans les établissements scolaires, Jacques Lalié, président de la province des Iles, Louis Mapou, président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, et Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement en charge du transport, ont poursuivi le travail de médiation. C'est finalement à leur demande, ainsi qu'à celles des autorités coutumières, des usagers et de la population des îles, que les salariés grévistes ont répondu en suspendant leur action. Ces derniers jours, les passagers bloqués ont cherché un moyen de regagner la Grande terre, que ce soit en regardant vers Air Loyauté, en misant sur le Betico ou en se faisant créatifs.

Air Calédonie envisage désormais un retour à la normale de ses programmes de vols, ainsi qu'un vol supplémentaire vers Lifou. Les discussions se poursuivront, mardi, entre l'UT CFE-CGC, les délégués syndicaux et le gouvernement, au sein d'un groupe de travail, pour faire évoluer les relations sociales, le dialogue social et la promotion interne au sein de la compagnie aérienne.

Le reportage de Charlotte Mannevy et de Lina Waka-Ceou :

©nouvellecaledonie