La ligne Nouméa-Singapour, une nouvelle opportunité pour la Nouvelle-Calédonie

transports
Affiche Aircalin Singapour
Affiche Aircalin Singapour ©Aircalin
Le vol inaugural de la ligne Nouméa-Singapour devrait avoir lieu ce vendredi 1er juillet. Une ligne qui viendra diversifier celle déjà existante qui passe par le Japon pour rejoindre l’Europe. Avec, pour la Calédonie, la possibilité d’ouvrir de nouveaux marchés touristiques et autres.

L’ouverture d’une nouvelle ligne vers l’Asie est synonyme pour la Nouvelle-Calédonie d’ouverture de nouveaux marchés économiques. C’est en tout cas la volonté du gouvernement, puisque que la ligne Nouméa-Singapour était l’un des points du discours de politique générale du président Louis Mapou.
" Les lignes directes ne passaient que par le Japon. On avait Osaka et Narita. La volonté, c’était de diversifier et de descendre plus bas en Asie" explique Gilbert Tyuienon, membre du gouvernement en charge des transports. " Et on voulait aussi offrir des opportunités de développement économique pour les entreprises calédoniennes qui sont tournées vers l’export".

Le cluster New Caledonia Trade & Invest (NCT&I) envisage d’organiser une mission exploratoire dans le secteur agroalimentaire afin d’évaluer les opportunités économiques. Les entreprises intéressées pourraient aussi participer aux nombreux salons qui se tiennent à Singapour chaque année. Des secteurs ont déjà été identifiés, comme la construction, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire, ou encore les produits de la mer.

Diversifier les marchés touristiques

Singapour est située à l’extrême Sud de la péninsule malaise, en Asie du Sud-Est. Il est peuplé de 6 millions d’habitants et son aéroport est classé 7ème  mondial. C’est donc une belle opportunité de développement touristique pour la Calédonie.
"C’est une formidable opportunité pour diversifier nos marchés touristiques, et de travailler sur d’autres marchés comme Singapour mais aussi tous les pays d’Asie du Sud-Est. Donc ça va nous permettre de développer une nouvelle clientèle touristique et permettre aussi d’accueillir  une nouvelle clientèle de France et d’Europe" souligne Julie Laronde, directrice de Nouvelle-Calédonie tourisme. 

Pour faire connaître la destination Nouvelle-Calédonie à Singapour, cinq journalistes et trois influenceurs singapouriens seront invités chez nous du 4 au 8 juillet, pour un séjour de découverte à Nouméa, Bourail, Lifou et à l’Île des Pins. Une communication massive est également prévue sur les réseaux des partenaires (Atout France, Ambassade de France, Changi airport) et par voie d’affichage dans les transports et commerces de Singapour, sur plus de 312 écrans et panneaux, du 25 juillet au 21 août, sans oublier les réseaux sociaux.  NCT participera également à des salons et entend sensibiliser les tours opérateurs singapouriens. 

L’objectif affiché par Nouvelle-Calédonie Tourisme est d’attirer 1000 touristes singapouriens dès cette année, puis d’atteindre les 6000 à l’horizon 2025.

conf liaison Aircalin Nouméa Singapour
Julie Laronde (directrice de Nouvelle-Calédonie tourisme), Mickaël Forrest (chargé de la promotion internationale du tourisme au gouvernement), Gilbert Tyuienon (chargé des transports au gouvernement) et Didier Tappero (directeur général d’Aircalin) ©Brigitte Whaap / NC la 1ère

Deux vols par semaine dans un premier temps

Pour Aircalin qui sort tout juste de la crise sanitaire, c’est l’occasion d’offrir de nouvelles destinations puisque Singapour est à un carrefour vers de nombreux pays. Avec un temps de vol et un tarif un peu près équivalents à la ligne qui passe par le Japon.
" Nous commençons avec deux fréquences par semaine. Nous avons des droits pour quatre fréquences, donc, nous allons monter en puissance progressivement" explique Didier Tappero, le directeur général d’Aircalin. "L’immense avantage de Singapour qui est un aéroport extrêmement important, le 7ème au niveau mondial, et qui est une plateforme extraordinaire pour les connexions. C’est à dire que de Singapour, on peut aller partout dans le monde". 

Un vol inaugural sous la menace d’une grève

La ligne devrait commencer à être rentable en 2024. Pour faire connaître la Nouvelle-Calédonie, une délégation officielle devrait s’envoler par le premier vol vers Singapour prévu ce vendredi 1er juillet, s’il n’est pas empêché par un mouvement de grève de l’USTKE. Les discussions entre syndicat et direction ont débuté en fin de journée. 
Le reportage de Brigitte Whaap et Lina Waka-Céou 

©nouvellecaledonie