nouvelle calédonie
info locale

Le point sur l’accord particulier avec Wallis et Futuna

coopération régionale wallis
Accord particulier Wallis et Futuna
©La 1ère
Philippe Germain et une délégation d’élus calédoniens se penchent à Mata Utu sur l’accord particulier entre l’Etat, la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna. Un accord de 2003 pour aider au développement économique de Wallis et Futuna et maintenir sur place ses populations.

Il a fallu huit ans pour activer cet accord particulier. Fin 2011, une première action de coopération se concrétise, elle concerne l’éducation. 

Education

Une convention se met en place sur l’appui à la formation en Nouvelle-Calédonie de futurs instituteurs de Wallis et Futuna. Douze candidats retenus après concours font la rentrée 2012 à l’IFM, l’institut de formation des maîtres à Nouméa. Trois années de formation avec à la sortie, la licence d’enseignement. Huit exercent depuis 2015 dans les écoles des deux îles. Le recrutement n’a pas eu lieu les deux années suivantes. L’année dernière deux jeunes filles suivaient encore les cours à l’IFM. Il est prévu en 2019 que deux instituteurs du territoire viennent se former au diplôme CAPPEI pour enseignants spécialisés. 

Santé

Autre projet abouti, la création de la caisse unique de protection sociale avec l’aide de la DASS.
L’institut de formation aux professions sanitaires et sociales a lui aussi ouvert ses portes à des jeunes wallisiens et futuniens  dans le cadre de cet accord particulier, certains travaillent aujourd’hui à l’agence de santé de Sia. 

Culture

Sur la promotion de l’artisanat, un local d’exposition et de vente a été mis à disposition à Nouméa.  En ce qui concerne la culture, la Nouvelle-Calédonie a aidé à la création de l’académie des langues wallisienne et futunienne, inaugurée dernièrement par la ministre des outremers.  Dans différents secteurs, la Nouvelle-Calédonie a apporté son appui et dans beaucoup de dossiers, ses services sont sollicités. 

Economie

Le projet de commercialisation de produits alimentaires est toujours en suspens comme la mise en place d’un dispositif de vérification des systèmes de mesure ou encore d’un système actualisé d’enregistrement des entreprises du territoire de Wallis et Futuna. 
Il faut donner un souffle supplémentaire en matière de coopération entre les deux territoires pour le profit de la jeunesse et des populations a souligné le président de l’exécutif calédonien dès son arrivée à Mata Utu. 
L’engagement de la Calédonie de doter l’accord particulier de 50 millions de francs CFP chaque année pendant cinq ans fait aussi partie des discussions ce lundi à Wallis.

Retrouvez ci-dessous le texte de l’accord particulier : 

Publicité