Décès de Bernard Pons, ancien ministre des DOM-TOM : les réactions locales se multiplient

politique province des îles
Bernard Pons
Bernard Pons, en août 1987, à Nouméa ©REMY MOYEN / AFP
Ancien ministre des DOM-TOM, Bernard Pons est décédé ce mercredi à Aigues-Mortes dans le sud de la France. Un nom qui restera étroitement lié à l'histoire de la Nouvelle-Calédonie et à la tragédie d’Ouvéa en 1988. Depuis l'annonce de sa disparition, des personnalités calédoniennes lui rendent hommage.

Figure du RPR et de la famille gaulliste, également ancien ministre des DOM-TOM, Bernard Pons est décédé ce mercredi 27 avril à Aigues-Mortes dans le sud de la France. Il avait 95 ans. Il a été ministre des DOM-TOM dans le gouvernement Chirac. Un mandat marqué par la tragédie de la grotte d’Ouvéa en 1988. En Nouvelle-Calédonie, des personnalités politiques ont salué sa mémoire. 

C'est le cas de Simon Loueckhote, ancien sénateur et ancien élu RPCR devenu Le Rassemblement."C’est une grande peine pour moi d’abord, parce que c’est un homme que je connaissais bien. C’est une grande perte pour les Outre-mer. C’est quelqu’un qui a marqué la vie politique, estime-t-il. On lui reproche beaucoup d’être à l’origine de l’intervention des forces de l’ordre à Ouvéa qui ont mis fin à la prise en otage des gendarmes qui avaient été attaqués. Je pense que c’est injustement qu’il a été pénalisé. Il le savait lui-même. Il avait gardé secrète l’intervention que l’armée française devait faire dans la grotte. La veille, il me recevait au haut-commissariat et il m’avait interrogé sur comment j’avais perçu sa mission en tant que ministre de l’Outre-mer à l’époque. J’étais loin d’ignorer que cette question était assez prémonitoire parce qu’il savait que le lendemain matin, c’était l’intervention, qu’il y avait de gros risques et que c’était probablement la fin de son mandat. (...) C’était un homme à poigne et c’est avec une grande tristesse que j’apprends ce matin son décès."

"Un mauvais souvenir"

Pascal Naouna, ancien président de l'UC, s'est également exprimé. "Pour ce qui me concerne, j’ai retenu un mauvais souvenir de M. Bernard Pons parce qu’il a été ministre sous la responsabilité du Premier ministre Jacques Chirac pendant la cohabitation avec M. Mitterrand et c’est entre 1986 et 1988 que le monde indépendantiste a subi la pression des forces de l’ordre notamment dans la région de Koné où il y a eu un drame avec les gendarmes. C’est là que j’ai connu ce qu’on appelle la nomadisation (...) Ça consistait à bloquer les gens dans les tribus et à les fouiller, même les vieux qui vont au champs notamment dans la tribu d'Atéou, de Néami et de Tiaoué, où étaient concentrés ces événements-là. Pour moi qui ai très mal vécu ces moments, j’espère que la Calédonie ne va plus les connaître. C’est le plus terrible de notre histoire. " 

Ecoutez les propos d'Harold Martin, signataire de l'Accord de Nouméa, recueillis par Claudette Trupit :

Retrouvez ci-dessous, la réaction de Pierre Breteignier, secrétaire générale de la région Sud, de 1985 à 1988 :

©nouvellecaledonie

Jeudi soir, la province Sud a également rendu hommage à l'ancien ministre :

Ecoutez les propos de Macky Wea, membre de la tribu de Gossanah, recueillis par Claudette Trupit :

Ecoutez les propos de Roch Wamytan, membre du comité exécutif de l'Union calédonienne et actuel président du Congrès, recueillis par Nadine Goapana :

Réaction de Roch Wamytan à l'annonce du décès de Bernard Pons

A l’échelle nationale, les personnalités politiques n'ont pas manqué de réagir. 

Regardez le reportage de Gervais Nitcheu, d'Outre-mer la 1ère :

©nouvellecaledonie