Trafic aérien suspendu entre Nouméa et les Îles : retour sur la décision des chefs coutumiers

province des îles
Aircal aérodrome d'Ouloup Ouvéa
Un avion d'Aircal sur l'aérodrome d'Ouloup à Ouvéa ©Caroline Antic-Martin
Plus personne ne peut voyager en avion à Maré, Lifou. Une décision prise par les chefs coutumiers des îles. On fait le point sur cette décision.

Les chefs coutumiers de Maré, Lifou ont pris la décision de fermer les aéroports de ces îles. Quant à Ouvéa, ce sont les habitants qui manifestent pour fermer l'aérodrome. Suite aux réclamations des usagers, ils veulent supprimer le pass sanitaire pour prendre l’avion. Ils souhaitent rester fermés jusqu’à ce qu’une décision soit prise. Or sur la base des préconisations de la DASS, le gouvernement a dû prendre cette décision pour limiter la contamination par le virus. Le grand chef Hippolyte Sinewami-Ht Amumu avait envoyé dès la semaine dernière pour informer de cette décision mais n’a eu aucune réponse du gouvernement.

Il y a déjà le prix des billets qui est cher, c'est pour rappeler aussi qu'il y a un travail qui a été fait à ce niveau là. (...) Et là on se retrouve en plus à devoir payer des tests. On fait pression auprès du gouvernement pour que tout le monde soit logé à la même enseigne. On est pas contre le vaccin, mais les gens ont le droit de choisir.

Le grand chef Hippolyte Sinewami-Ht Amumu

Une confiscation des libertés pour les coutumiers

Le grand chef précise que si les autotests deviennent au moins gratuits pour les habitants des Iles, ils pourront ouvrir les aérodromes. C’est également la volonté de Samuel Hnepeune, PDG d'Air Calédonie, de trouver une solution pour que les avions puissent à nouveau accueillir des passagers.

Je pense qu'aujourd'hui c'est plus une expression des coutumiers sur la partie confiscation des libertés. Bien évidement qu'à un moment donné il faudra trouver une formule qui permette malgré tout une certaine mobilité des populations.

Samuel Hnepeune, PDG d'Air Calédonie

Le gouvernement est actuellement dans l’attente, il avait en effet pris cette décision en fonction des préconisations de la DASS sur l’évolution de la situation sanitaire pour éviter toute propagation du virus. Il précise que des tests gratuits peuvent être réalisés dans les centres de dépistages.

Les précisions d’Ondine Moyatea 

Reportage de Thérèse Waia et Claude Lindor : 

©nouvellecaledonie