Mobilisation syndicale après l'agression d'un professeur à Houaïlou

social houaïlou
Manifestation du SNES, syndicat des enseignants du secondaire, devant le vice-rectorat, après l'agression d'un prof d'EPS à Houaïlou.
Mobilisation devant le vice-rectorat à l'appel du SNES-NC, le mardi 18 mai. ©NC la 1ere

Mouvement de grève dans le secondaire, et manifestation devant le vice-rectorat : double action du SNES-NC, ce mardi, pour dénoncer les violences subies par un professeur la semaine dernière, au collège de Wani, et demander des moyens adequats.

Le tract distribué ce mardi 18 mai donne le ton : "Pour la deuxième fois en moins d’un an, une agression physique a eu lieu contre un enseignant au collège de Houaïlou". Et c’est suite aux violences de mercredi dernier qu’un appel à mobilisation a été lancé par le SNES.

"Un problème de pilotage"

Le Syndicat national des enseignants du second degré appelait à une grève générale aujourd’hui, et à un "rassemblement solidaire" à Nouméa, devant le vice-rectorat. En soutien à la victime, et "pour mettre l’institution devant ses responsabilités". Le syndicat demande l’affectation en urgence, au collège de Wani, d’un personnel de direction supplémentaire et d’un conseiller principal d’éducation.

Des incivilités qui vont "crescendo"

"Depuis ce début d'année, nos élèves font preuve d'incivilités de plus en plus nombreuses et ça va crescendo", témoigne Marie-Chantal Marignan, professeure d'histoire-géo au collège de Wani. 

"Face à ce constat, vous avez l'illustration de l'agression du collègue la semaine dernière, mais si nous avions une direction un peu moins laxiste, les élèves seraient conscients que quand on fait une bêtise, on est punis." Tout en modérant : "Il ne faut pas généraliser, c'est une minorité. Nous avons quand même un public d'élèves très agréables."

Au collège Wani de Houaïlou, ce n'est pas un problème de profs, ce n'est pas un problème d'élèves, ce n'est pas un problème de parents d'élève. C'est un problème de pilotage. On a un avion en l'air mais il n'y a plus de pilote.

Marc Baty, secrétaire du SNES-NC

 

Après des échanges sur place

Une enquête administrative est en cours. Des réunions sont également prévues avec le personnel pour trouver des solutions pérennes tandis qu'un surveillant de plus est annoncé. A la mi-journée, une délégation du SNES a été reçue par le vice-recteur. Hier, lundi 17 mai, Erick Roser et la membre du gouvernement chargée de l’enseignement s’étaient rendus au collège de Wani, où des échanges ont eu lieu, en deux temps, avec les membres de la communauté éducative. 

Le reportage de Dave Waheo Hnasson et Carawiane Carawiane: