Un congrès du Palika axé sur le troisième référendum

référendum poindimié
45e congrès du Palika, Poindimé, 14 novembre 2020
©Marguerite Poigoune / NC la 1ere
L’organisation d'un troisième référendum sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie a occupé une grande partie des débats et de la réflexion, durant le congrès du Palika, à Poindimié. Le parti souhaite que cette nouvelle consultation ait lieu, et avant les présidentielles de 2022.
Le déclenchement du troisième référendum prévu par l'Accord de Nouméa, voilà ce qui a été le fil conducteur du quarante-cinquième congrès annuel organisé par le Palika. Le Parti de libération kanak s'est en effet réuni de vendredi à ce dimanche à la tribu de Saint-Thomas, vallée d'Amoa, commune de Poindimié - le rendez-vous s'est achevé plus tôt que prévu, sous le mauvais temps.
 

L'Uni missionnée au Congrès 

Le groupe Uni est chargé de faire le nécessaire, au niveau du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, quant à l’organisation de cette nouvelle consultation. Par ailleurs, le travail de terrain est appelé à se poursuivre, dans le but de faire gagner le Oui à la pleine souveraineté et à l'indépendance. Dans un contexte économique difficile, il a été demandé aux militants et délégués davantage d’engagement et de discipline
 
45e congrès du Palika, Poindimé, 14 novembre 2020
©Marguerite Poigoune / NC la 1ere
 

«Revenir à nos fondamentaux»

«Pour un travail à faire au niveau local. Sur le plan coutumier, sur le plan social, sur le plan de la santé, sur le plan économique», détaille Jean-Pierre Djaïwé, l’un des porte-paroles du Palika. «Si, au niveau des institutions, il y a des difficultés dans la mise en œuvre au niveau des politiques publiques, des actions peuvent être entreprises à l'initiative des délégués et des militants, qui n'ont pas besoin de dotation ou de dépense par les collectivités. C'est un travail qu'il faut creuser plus en profondeur, de revenir à nos fondamentaux.»
 

Discussions avec l'Etat

Le mouvement indépendantiste souhaite que ce troisième référendum se tienne avant la campagne pour l'élection présidentielle, prévue en 2022. Et il est prêt à entamer des discussions avec l’Etat quant aux implications du Oui et du Non. 
 

Avec le collectif «usine pays»

Le Palika qui a redit ce week-end son soutien à la mobilisation du collectif Usine du Sud = usine pays. Le lieu du prochain congrès n’a pas été arrêté. Le bureau politique nouvellement désigné doit réfléchir à la question. 

Le compte-rendu de Marguerite Poigoune :

Fin de congrès du Palika


Interview de Jean-Pierre Djaïwe, par Marguerite Poigoune et Nathan Poaouteta :


Et pour le clin d'œil, la danse de clôture :