Les Francofolies s'installent vendredi et samedi au Centre culturel Tjibaou

musique nouméa
©nouvellecaledonie
Ce vendredi marque le coup d'envoi des Francofolies Nouvelle-Calédonie. Après deux ans d'absence, le festival de musique est de retour au Centre culturel Tjibaou. Jeudi après-midi, les organisateurs et les artistes ne cachaient pas leur plaisir de retrouver ou de découvrir le public calédonien.

Entouré de son équipe et d’une partie des artistes à l’affiche de cette quatrième édition des Francofolies Nouvelle-Calédonie, Chris Tateossian, co-organisateur, est manifestement heureux de relancer l'événement. Le festival élit domicile vendredi et samedi au Centre culturel Tjibaou. Des Francofolies sur deux jours au lieu de trois, question de moyens, mais pas uniquement. 

"C’était surtout l’envie d’essayer une nouvelle formule un peu plus resserrée. On a quand même six artistes qui viennent de l’extérieur et trois locaux. On a quand même eu des difficultés dans les précédentes éditions. Il fallait réinventer un petit peu. Là, j’ai l’impression qu’on a trouvé la bonne formule", explique Chris Tateossian. 

Pour rappel, les Francofolies Nouvelle-Calédonie font partie d’une confédération présente dans sept pays. Ce réseau international valorise la chanson française, la création et la circulation des artistes. "C’est d’abord un festival culturel avant d’être un festival d’animation ou un festival pour faire de l’argent. Ça fait partie de nos missions. On se considère presque comme un festival de service public", indique Pierre Pauly, directeur artistique des Francofolies La Rochelle. 

"C'est une opportunité en or"

Une vitrine internationale dont Vincent C. compte bien profiter. Ce groupe de rap né en 2020 à la Foa ouvre les festivités samedi. "C’est un gros challenge. C’est pour ça qu’on fait ce métier. Pour faire de gros festivals comme ça, derrière des gros groupes. C’est une opportunité en or. C’est une chance qu’on nous donne", estime Vincent C. qui est auteur compositeur et interprète. 

Pierre-Paul, Blaise et Lopes, les trois compères de 47 Ter, groupe montant du rap français, sont là aussi pour créer des liens et surtout rencontrer le public calédonien. D’ailleurs quand les organisateurs les ont invités, ils ont répondu : "on a dit "non" très directement au début. Après, ils nous ont proposé énormément d’argent. On a vu les montants énormes et on s’est dit "allez".(Rires). Quand on nous l’a proposé, ça a été oui. C’était d’une évidence implacable. Partir si loin de chez toi faire de la musique, c’est formidable. Venez nous voir car on ne va pas revenir tous les week-ends. On va pas se mentir. Nous, on a très hâte. J’espère que les gens aussi sont chauds. Ça va être formidable", lancent les membres du groupe 47Ter.  L’ouverture des portes du festival est prévue vendredi à 17h30. 

Retrouvez le programme ici

Chris Tateossian était l'invité de la matinale mercredi 14 septembre. Un entretien à retrouver ici