Olivier Pérès restera en prison jusqu’à son procès en appel, fin novembre

justice
Le Camp-Est
Le Camp-Est, à Nouville. ©Nc la 1ere
Condamné en mars dernier pour l'assassinat de son voisin en 2018 à Nouméa, le médecin Olivier Pérès voit son troisième recours échouer. La justice lui refuse la remise en liberté avant l'audience.

Pour l'homme condamné à 20 ans de réclusion criminelle, il y a d’abord eu sa demande de placement sous contrôle judiciaire, puis son souhait d’être jugé en appel dans l’Hexagone, et enfin sa requête d’être remis en liberté au vu des conditions de vie au Camp-Est. Son avocat s’est appuyé sur la loi d’avril 2021 « tendant à garantir le droit au respect de la dignité en détention ».

L’administration pénitentiaire a changé Olivier Pérès de cellule, le sexagénaire dort désormais sur un lit, mais le mal est déjà fait pour maître Aguila, l'un de ses avocats.

Celui-ci est joint par Julie Straboni :

Olivier Pérès, maître Aguila

Le 13 septembre 2018, au golf de Tina, celui qui était alors chef de service d’orthopédie au Médipôle blessait à mort son voisin, Eric Martinez, au fusil de chasse. Une affaire qui n'en finit pas de défrayer la chronique. Le procès en appel d'Olivier Pérès se tiendra devant les assises du 21 au 25 novembre, au palais de justice de Nouméa.