publicité

Les pompiers en opération séduction sous l'œil des forces de l'ordre

Alors que le conflit semble dans l'impasse, les pompiers poursuivent la grève et la mobilisation devant le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Le public était invité à venir les soutenir ce vendredi midi, tandis que gendarmes mobiles et policiers ont reçu ordre de réagir au moindre débordement.

Pique-nique des pompiers en grève près du gouvernement, le vendredi 26 octobre. © NC la 1ere
© NC la 1ere Pique-nique des pompiers en grève près du gouvernement, le vendredi 26 octobre.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
Venir partager le déjeuner avec les pompiers, c'est l'invitation lancée par les soldats du feu mobilisés, aujourd'hui encore, devant le gouvernement. Une opération séduction auprès du public calédonien, qui apprécie déjà beaucoup la profession. Sur les réseaux sociaux, les marques de solidarité se multiplient et le mouvement semble très suivi.
 
 

Mobiles et policiers prêts à réagir

Ce vendredi midi, l'ambiance était donc au pique-nique et au barbecue, en baie de la Moselle. Les familles des manifestants sont notamment venues les soutenir, tandis que des anonymes au volant souhaitaient «bon courage» en passant. Le menu du jour se voit tout de même assaisonné de plusieurs camions de gendarmes mobiles et de policiers. Ils ont reçu ordre de charger au premier débordement.
 

Arrêté

Le haut-commissaire Thierry Lataste a pris un arrêté en date de ce vendredi «portant désignation de l'autorité habilitée à décider de l'emploi de la force» - à savoir le directeur de la sécurité publique en Calédonie, le commissaire général Alain Martinez. Cet arrêté pointe l'occupation sans autorisation du domaine public, «la circulation sur la voie publique» bloquée «avec des palettes et pneus», l'«usage d'engins explosifs et de fumigènes» ou encore «d'une sono pour diffuser de manière continue le bruit d'une sirène».  
 
Devant le gouvernement, le matin du 26 octobre. © NC la 1ère / Nicolas Fasquel
© NC la 1ère / Nicolas Fasquel Devant le gouvernement, le matin du 26 octobre.
 

Fin de non recevoir

Rappelons que depuis mercredi, une centaine de pompiers en grève illimitée sont postés sous les fenêtres du gouvernement à l'appel de trois syndicats. Et que malgré la fin de non recevoir exprimée hier par l’exécutif, ils ne semblent pas prêts à baisser les bras. Il est plutôt question de durcir le mouvement. 
 

Courrier de l'UPC

A noter que l'Union des pompiers calédoniens a écrit à Philippe Germain. L'UPC évoque un «mouvement que nous suivons avec attention mais auquel nous ne souhaitons pas être associées puisque non conviés aux discussions initiales». Elle réagit toutefois à un communiqué que le gouvernement a diffusé il y a deux jours à propos de cette grève, et dans lequel il est question des pompiers volontaires.
 

Demande d'exonération

L'Union demande, comme elle l'a déjà fait par le passé, que les volontaires soient exonérés de la contribution calédonienne de solidarité. Et que le président du gouvernement reçoive en personne les syndicats «afin d'apaiser la triste situation actuelle, qui ne devrait pas voir lieu».
Pas de baignade surveillée à Nouméa

Il n’y a toujours pas de surveillance de la baignade à Nouméa, sur les plages habituelles à savoir la Baie-des-Citrons et Château-Royal. Une situation liée à ce mouvement de grève.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play