nouvelle calédonie
info locale

Raconter l'histoire maritime de la Nouvelle-Calédonie à travers les naufrages

livres
Livre 50 naufrages en Nouvelle-Calédonie
©Associations Fortunes de mer calédoniennes
Depuis 1984, Fortunes de mer calédoniennes fouille les fonds sous marins de l'archipel à la recherche d'épaves. L'association vient de publier un nouveau livre qui raconte l'histoire de cinquante d'entre elles. Emaillés de dessins, photos ou cartes, ces récits retracent 176 ans d'histoire maritime.
De 1831 à nos jours, près de six cents naufrages ont eu lieu dans les eaux calédoniennes. Dans ce nouvel ouvrage, Fortunes de mer en répertorie cinquante, parmi les plus emblématiques. Les épaves, retrouvées ou non, sont classées par ordre chronologique, du Sisters, santalier australien disparu en 1843 au large de Maré , à l’épave fantôme retrouvée cette année aux Chesterfield, en passant par le Tacite, trois mâts français, découvert en 1998, 125 ans après son naufrage.
Fortunes de mer
©Fortunes de mer
 

Des centaines d’objets dans le Tacite

« On cherchait depuis plus de quinze ans, et grâce aux archives, on a enfin pu localiser son emplacement. Et quand on l’a découverte, on est tombé sur des bouteilles qui sortaient du sable. On a déchargé le bateau et en fait on a ramené plus de quatre cents verres, des centaines de bouteilles, des chandeliers, des jouets… » explique Philippe Houdret, le président de l’association Fortunes de mer calédoniennes. 
Une bonne partie de ces objets sont exposés au musée de l’histoire maritime à Nouméa. 
En trente-cinq ans de recherches, les équipes de Fortunes de mer ont fait des découvertes extraordinaires comme des objets incroyablement bien préservés ou encore cette cuisine distillatoire
Fortunes de mer Philippe Houdret
Philippe Houdret, le président de Fortunes de mer calédoniennes ©Caroline Antic-Martin
 

La Monique et le Fotini Caras, les plus grands regrets

Elles ont  aussi connu quelques déceptions confie Philippe Houdret : « On est très déçu de ne pas avoir retrouvé La Monique parce qu’on avait engagé beaucoup d’énergie, beaucoup d’argent pour retrouver cette épave qui est historiquement très importante pour la Nouvelle-Calédonie ».
Une autre épave toujours recherchée travaille aussi Philippe Houdret : « Peut-être une des plus grosses déceptions finalement, c’est de ne pas avoir trouvé le Fotini Caras qu’on cherche depuis trente ans. C’était un cargo d’une centaine de mètres de long en acier qui a coulé aux Chesterfield, au Bellona. Et la dernière fois qu’on y a été, on était certain de le trouver parce qu’on avait retrouvé des éléments d’archives et on a fouillé pendant trois semaines et on ne l’a pas trouvé ». 
Disparition de la monique
©NC 1ère

 

Un inventaire qui se poursuit

« 50 naufrages en Nouvelle Calédonie » regorge d’anecdotes comme celles-ci. Cet ouvrage est un point d’étape, en aucun cas un point final. L’association poursuit son inventaire du patrimoine maritime de la Nouvelle-Calédonie. Il reste de nombreuses épaves à découvrir et beaucoup d’histoires à raconter.
Le reportage de  Caroline Antic-Martin et Christian Favennec 
©nouvellecaledonie
Découvrez ci-dessous la liste des naufrages en Nouvelle-Calédonie réalisée par Fortunes de mer calédoniennes : 

Tableau Chronologique naufrages en NC by Françoise Tromeur on Scribd

Publicité