Référendum : le Sénat coutumier dénonce le maintien de la consultation et s'interroge sur sa portée

sénat coutumier
Sénat coutumier
©Nouvelle-Calédonie la 1ère
Comme le comité indépendantiste de non-participation, le Sénat coutumier conteste le maintien de la consultation au 12 décembre. Il accuse l'Etat d'être "sorti de sa neutralité pour prendre résolument position" en faveur du Non à l'indépendance. Et questionne "la portée d'un référendum d'autodétermination sans la participation du peuple autochtone".

Le communiqué fait écho à la déclaration commune lue la veille par le camp indépendantiste (article à retrouver ici). L’institution y réagit au maintien de la consultation le 12 décembre en utilisant des mots similaires : "Le Sénat coutumier constate que l’Etat français, par cette réponse et le document relatif aux conséquences du Oui et du Non au référendum, est sorti de sa neutralité pour prendre résolument position en faveur des loyalistes et du maintien de notre pays dans la France coloniale", signe son président Yvon Kona.

Nous interrogeons le peuple français et la communauté internationale sur la portée d’un référendum d’autodétermination sans la participation du peuple autochtone kanak.

Sénat coutumier

"Garder la tête haute"

L’institution coutumière "demande au peuple kanak et à toutes ses composantes de 'garder la tête haute' et de 'rester digne' du combat mené avec intelligence par notre peuple". Un communiqué diffusé jeudi 18 novembre, 37 ans après l’épisode de l’urne brisée à Canala par Eloi Machoro alors secrétaire général de l’Union calédonienne.

"Mascarade politique référendaire"

A cette occasion, le Sénat "invite (…) les chefferies et forces vives du peuple kanak à commémorer dans toutes les chefferies et les communes du pays, les temps forts de notre histoire et nos héros. » Et il "appelle, dans un climat de paix et de respect, le peuple kanak et les citoyens progressistes qui reconnaissent le peuple kanak, à ne pas participer à la mascarade politique référendaire du 12 décembre 2021".

Quelques jours plus tôt, le Sénat a décrété un "deuil kanak" d’une année et s'est positionné en faveur du report du référendum, article à lire ici.