Référendum, réformes, obligation vaccinale : ce que l’on peut retenir de l’interview de Virginie Ruffenach, présidente du groupe AEC

référendum
61a455dfb313e_jts-211127-1a-frame-25324-copie.jpg
Virginie Ruffenach, invitée du journal télévisé le 27 novembre. ©NC la 1ère
La présidente du groupe Avenir en confiance au Congrès de la Nouvelle-Calédonie était l’invitée du journal télévisé, samedi 27 novembre. Elle a notamment évoqué la campagne référendaire et son souhait de lever l’obligation vaccinale.

La présidente du groupe Avenir en confiance au Congrès est revenue avec Nadine Goapana sur les sujets qui font l’actualité comme la campagne pour le référendum, qui se tiendra dans tout juste 15 jours.

Le vœu d’un scrutin « dans la sérénité »

Concernant le référendum, Virginie Ruffenach « souhaite avant tout que cette consultation se passe dans la sérénité. Cela fait des décennies que nous vivons ces oppositions autour de ce choix très important pour notre avenir. Nous sommes convaincus que le garant de la paix en Nouvelle-Calédonie c’est la France et qu’il faut rester français pour cela. »

L’Avenir en confiance « engage les Calédoniens à ne pas bouder cette consultation », a-t-elle précisé. Car « c’est la dernière de l’Accord de Nouméa. C’est celle qui va permettre, enfin, de regarder vers la construction de notre avenir. »

Nous sommes convaincus que le garant de la paix en Nouvelle-Calédonie c’est la France et qu’il faut rester français pour cela.

Virginie Ruffenach

Ouvrir le dialogue le 13 décembre et consulter les Calédoniens

Pour autant, Virginie Ruffenach estime que le référendum du 12 décembre n’est qu’une étape et « que l’important sera la suite et la volonté, je l’espère, de dépasser à la fois les idéologies, les effets de communication, pour que nous puissions effectivement nous mettre autour de la table et construire l’avenir de nos enfants, des Calédoniens de toutes origines, qui aspirent à vivre en paix, dans la fraternité. »

Toutefois, Virginie Ruffenach estime que « la période qui sépare le 13 décembre de l’élection présidentielle ne va pas être une période où l’Etat sera extrêmement actif […]. Je pense que cette période est par contre opportune en Nouvelle-Calédonie pour que nous puissions consulter les Calédoniens. [Ils] aspirent aujourd’hui à ne pas être tenus à l’écart des choix d’avenir qui pourront être faits et qui nous concernent directement. Vous savez que Thierry Santa a souvent proposer la consultation citoyenne. Nous sommes une terre de parole il est temps de parler avec l’ensemble des Calédoniens. »
La présidente du groupe Avenir en confiance au Congrès se veut confiante sur l’ouverture d’un dialogue politique : « Je pense que chez les indépendantistes il y a aussi une volonté de construction et je pense que le moment venu il y en a qui auront l’esprit de responsabilité pour se mettre autour de la table. »

La période qui sépare le 13 décembre de l’élection présidentielle ne va pas être une période où l’Etat sera extrêmement actif

Trouver des points de convergence

Sur quelle base pourrait se construire ce dialogue ? Virginie Ruffenach mise sur « des point de convergence […]. Dans chaque réunion que nous faisons, il se trouve toujours un jeune qui nous dit : je suis Calédonien, je suis allé me former en Métropole, je suis parti exprès, j’ai des diplômes et je ne trouve pas d’emploi sur le territoire. Hé bien cette question, quand on est un responsable politique que l’on soit indépendantiste ou non, il va falloir y apporter des réponses parce qu’on ne peut pas tolérer que nos jeunes qui ont fait le travail d’aller se former et de monter en compétences ne trouvent pas d’emploi dans leur territoire. »

Reconnaissance des communautés

L’élue du Rassemblement-Les Républicains estime par ailleurs « qu’il y a une très grande aspiration de notre jeunesse à vraiment reconnaître cette diversité culturelle qui est la nôtre. [Les jeunes] partagent des valeurs communes mais en même temps ont leur différence et savent les identifier. » En cela, « y a un contraste avec le discours du président du gouvernement qui dit dans sa déclaration "le Kanak au centre du dispositif ". Pour construire un destin commun, à un moment donné, il faut que chacun ait sa place que nous reconnaissions toutes les communautés de la Nouvelle-Calédonie. »

Assainir les comptes publics

Virginie Ruffenach n’a pas été convaincue par la déclaration de politique générale prononcée jeudi 25 novembre par le président du 17e gouvernement, Louis Mapou : « Il y a beaucoup de coûts supplémentaires au travers d’un observatoire des inégalités, au travers d’un hôpital universitaire etc., estime-t-elle. La réalité, il faut la regarder en face, aujourd’hui la Calédonie est au bord de la faillite. A l’heure où certains demandent plus d’autonomie, ça pose d’ailleurs la question de notre capacité à gérer déjà la très grande autonomie que nous avons. »

Virginie Ruffenach le reconnaît, « ces dernière années, la preuve a été faite que nous n’avons pas été en capacité de gérer sainement la Nouvelle-Calédonie. Sans doute nous avons été beaucoup autour de ce débat du Oui et du Non plutôt que de réformer comme c’était nécessaire la Nouvelle-Calédonie. Mais je crois que ce ne sera plus possible pour demain. Nous devons assainir pour nos enfants les comptes de la collectivité publique et, effectivement, il y a un certain nombre de mesures annoncées par Louis Mapou dans sa déclaration qui posent question. »

Aujourd’hui la Calédonie est au bord de la faillite. A l’heure où certains demandent plus d’autonomie, ça pose d’ailleurs la question de notre capacité à gérer déjà la très grande autonomie que nous avons.

Dégel du corps électoral

Concernant les questions qui devront être posées au lendemain du référendum, celle du dégel du corps électoral devra être examinée, estime Virginie Ruffenach : « C’est un sujet sur lequel je milite depuis très longtemps. Il y a une vraie réflexion là-dessus, il faudra rouvrir le corps électoral parce qu’on ne peut plus faire qu’un jeune qui est né en Nouvelle-Calédonie ne soit pas citoyen du pays qui l’a vu naître. Il faudra déterminer cela. Peut-être qu’on retournera à une durée de présence et qu’il faudra négocier, mais en tout cas, ça ne peut plus être figé. Il faut intégrer les nouvelles personnes qui investissent et qui construisent la Nouvelle-Calédonie, dont les natifs non-citoyens. »

Peut-être qu’on retournera à une durée de présence et qu’il faudra négocier, mais en tout cas, ça ne peut plus être figé.

Levée de l’obligation vaccinale

Interrogée sur la demande d’abrogation de l’obligation vaccinale qu’elle a signée en son nom propre avec plusieurs autres élus du Congrès, Virginie Ruffenach considère « que nous avons eu le courage politique de poser l’obligation vaccinale. Et bien je pense que nous devons avoir aujourd’hui le courage politique de lever cette obligation, parce que savoir faire évoluer ses décisions quand le contexte précisément a évolué, c’est de l’ordre à la fois de l’intelligence et de la responsabilité. Le contexte a évolué, les trois-quarts de notre population vaccinable [ont] un schéma complet. Quand vous rajoutez à cela les personnes qui ont contracté la maladie et qui donc sont protégées, vous êtes à 85% de notre population qui est immunisée contre ce virus. Dans ce contexte, l’obligation, qui divise toutes les familles calédoniennes, nécessite pour nous d’être levée parce qu’elle génère aujourd’hui de la conflictualité et ne permet pas d’avancer efficacement. Il faut des solutions réalistes et réalisables. »

La présidente du groupe Avenir en confiance précise avoir été suivie « par le président du Congrès, qui va demander une réunion entre les collectivités et l’Etat pour que l’on puisse discuter de notre système sanitaire de manière plus globale. Enfin, vendredi nous serons en commission plénière pour examiner les propositions de texte que nous avons déposées avec les autres collègues », dont l’abrogation de l’obligation vaccinale.

Revoir l'entretien de Virginie Ruffenach avec Nadine Goapana : 

©nouvellecaledonie