Sénat coutumier : la reconstruction de la grande case va débuter

sénat coutumier
Case du sénat coutumier après le feu, 9 août 2020
Au petit matin du 9 août 2020, il ne reste presque plus rien de la grande case du Sénat coutumier, ravagée par un incendie criminel ©José Solia / NC la 1ere
Ravagée par un incendie criminel il y a un peu moins de deux ans, la grande case du Sénat coutumier, sera reconstruite. Le chantier devrait débuter ce samedi 11 juin, à Nouville. Un projet qui réunira de jeunes tigistes, mais également l’incendiaire et auquel prendra part l’ensemble des huit aires coutumières.

La grande case du Sénat coutumier, c’est une structure hautement symbolique, représentant l’union des huit aires coutumières de la Nouvelle-Calédonie. "C’est le symbole de l’unification des huit aires coutumières, des chefferies, des clans, qui viennent soutenir le poteau central qu’est la coutume, la culture du peuple kanak." indique Hippolyte Sinewami-Htamumu, ancien président du Sénat coutumier.

La structure a été réduite en cendres en août 2020. Un incendie, d’origine criminelle, provoqué par un jeune homme de Ouégoa, alcoolisé au moment des faits. Il avait avoué avoir agi sur un coup de tête, et avait notamment écopé d’une peine de 18 mois d’emprisonnement avec sursis.

Un chantier pour responsabiliser les jeunes

Depuis l'incendie, l’eau a coulé sous les ponts, et entre le conflit de l’usine du Sud et la crise sanitaire, le Sénat coutumier n’avait pas pris le temps de lancer le chantier de reconstruction de sa grande case. Et c’est dans une volonté de rédemption que l’incendiaire, qui avait réalisé une coutume de pardon au lendemain des faits, sera à la tête de ces travaux, accompagné de plusieurs jeunes du service pénitentiaire d’insertion et de probation.

Il aura la responsabilité de porter ce travail-là et d’être acteur et transmetteur des savoirs. Il y a le savoir-être, mais aussi le savoir-faire. C’est tout une transmission pour la génération future. Mais c’est surtout pour responsabiliser chaque personne qui sera acteur de la reconstruction de la case.

Hippolyte Sinewami-Htamumu, président de l’instance à l’époque de l’incendie

Un projet commun pour une case commune

Le chantier de reconstruction intervient juste avant la passation de la présidence du Sénat coutumier, qui se déroulera le week-end du 27 août. C’est l’aire Hoot Ma Whaap qui prendra la tête de l’institution.

Après le déblayage des chevrons brûlés et de l’ancien poteau central, haut d’une dizaine de mètres, le site sera nettoyé pour accueillir la prochaine structure. Une nouvelle case dont les matériaux proviennent de l’ensemble des aires coutumières du pays. Pour n'en citer que quelques unes, l’aire Hoot Ma Whaap, d’où provient l’incendiaire, sera notamment chargée de fournir les 4 000 bottes de paille, l’aire Xârâcùù apportera l’écorce de niaouli et les aires d’Iaai, Drehu et Nengone les feuilles de cocotier pour le tressage de béno qui recouvriront la toiture.