VIDEO. Vulcain : pourquoi la télédétection par satellite permet de mieux comprendre l’impact des feux sur notre écosystème

technologies
VIDEO. Vulcain : pourquoi la télédétection par satellite permet de mieux comprendre l’impact des feux sur notre écosystème ©Neo Tech pour NC La 1ère
Face au risque incendie, des instituts comme l’Observatoire de l’Environnement de la Nouvelle-Calédonie ont développé des outils d’alerte qui contribuent à signaler les incendies aux pompiers. L’un d’eux est le géoportail Vulcain qui utilise un système de télédétection par imagerie satellite.

Ces dernières années, l’Observatoire de l’Environnement de la Nouvelle-Calédonie (ŒIL) a relevé plusieurs centaines d’incendies grâce à Vulcain. Devant l’efficacité de ce système de détection et l’ampleur de la pression exercée sur l’environnement par les feux, c’est tout naturellement que cette initiative a été prolongée par une nouvelle fonctionnalité : le dispositif "Alerte Incendies". Ce service permet de recevoir des informations personnalisées sur les derniers incendies détectés en Nouvelle-Calédonie. Il suffit pour cela de s’abonner et de paramétrer son alerte en fonction des zones et des thématiques d’intérêt. Une innovation qui s'adresse tout particulièrement aux pompiers, aux gestionnaires, aux associations environnementales.

Les incendies, première cause de destruction de nos milieux naturels

50 000. C’est, en hectares, la surface qui a brûlé en 2019 sur le territoire. Depuis que l’OEIL surveille les incendies grâce aux satellites, les détections montrent qu’il brûle chaque année l’équivalent de 2 à 6 fois la ville de Nouméa. Les feux réduisent ainsi chaque année un peu plus nos précieuses forêts déjà fortement morcelées et s’imposent comme la première cause de destruction des milieux naturels en Nouvelle-Calédonie. Les incendies amenuisent également notre ressource en eau future et contribuent au changement climatique par le dégagement de gaz à effet de serre. Les surfaces brûlées en 2019 - la dernière année particulièrement marquante en termes d’incendies - correspondent à elles seules au double de la surface dénudée par la mine en 150 ans et à un dégagement estimé à 826 000 teqCO2, soit 10% des émissions totales de la Calédonie cette année-là. Ces derniers mois, les conditions météo ont aidé à limiter les départs de feux. L’année 2021 s’achève tout de même avec presque 15 000 hectares brûlés, dont 83 % entre août et octobre. Il n’appartient donc qu’à nous de rester vigilants, et de protéger l’eau que l’on boit et l’air que l’on respire. En effet, dans 99% des cas, les incendies sont systématiquement imputables à une négligence humaine...

La Nouvelle-Calédonie, point chaud de la prévention des incendies

En 2020, grâce à des financements locaux, nationaux et internationaux, Vulcain a également été déployé aux îles Fiji. Ce système innovant permet donc à la Calédonie de rayonner dans la région. Il a également été présenté cette même année lors d’un séminaire scientifique franco-australien sur les incendies, ainsi qu’à la 10ème Conférence des îles du Pacifique sur la Conservation de la Nature et les aires protégées. Notons également que l’internet des objets pourrait apporter une aide complémentaire aux efforts de détection des incendies sur le territoire, grâce à des capteurs de fumée connectés directement installés dans les milieux naturels.

Chaque semaine, votre programme Caledinno vous propose d'aller plus loin avec cet article.