Épidémie de coronavirus : La Réunion fait face à sa première vague

coronavirus
Epidémie de coronavirus : La Réunion face à la première vague
Epidémie de coronavirus : La Réunion face à la première vague. ©Imaz Press
Relativement épargnée jusqu’à présent, La Réunion fait désormais face à la première vague de l’épidémie de coronavirus. Ce week-end, le nombre de cas de Covid-19 explose, un nouveau cluster est enregistré, ainsi qu'un décès au CHU et des contaminations dans le milieu hospitalier.
Redoutée durant des mois, la première vague de l’épidémie de coronavirus frappe désormais La Réunion. Selon le dernier bilan épidémique de Santé Publique France, la courbe des contaminations s’envole pour notre département.
 

Explosion des cas, nouveau cluster et un décès

Ce dimanche 23 août, 92 nouveaux cas de coronavirus sont confirmés par les autorités, un chiffre jamais atteint. De jour en jour, la situation sanitaire se dégrade dans l'île où le virus circule : 43% des cas sont désormais autochtones. Sur 1 209 cas au total, 517 sont actifs.

Ce week-end, une femme de 65 ans hospitalisée dans le service Covid-19 du CHU Nord est décédée. C’est le sixième décès enregistré dans le service Covid du CHU de La Réunion. Un nouveau foyer de contamination a été identifié, à Saint-Denis. La plupart des neuf clusters actifs sur le territoire se situe dans le chef-lieu et sont liés à des rassemblements familiaux. Les mariages, communions et baptêmes sont notamment des foyers de contagion importants. 
 

Le personnel hospitalier contaminé

Par ailleurs, cinq membres du service des urgences du Centre Hospitalier Universitaire ont été testés positifs au coronavirus. Il s’agit de trois infirmiers, un aide-soignant et un médecin. Près de 200 tests de dépistage ont été effectués dans le week-end sur le personnel du CHU Nord.

D’après nos informations, la contamination s’est faite par un patient, atteint du Covid-19, et pris en charge en urgence mercredi dernier. Ne sachant pas qu’il était positif au Covid-19, le personnel du service des urgences l’a pris en charge hors du "circuit Covid +". Dans la précipitation et face à l’état de santé préoccupant du malade, le protocole Covid "n’aurait pas été appliqué à la lettre", exposant ainsi les soignants au virus. Le personnel hospitalier est inquiet. Pour David Belda, secrétaire départemental de FO Santé, face à la flambée des cas, "il est urgent de revoir le protocole de prise en charge des patients".
 

Rentrée reportée à Saint-Denis

Dans ce contexte sanitaire tendu, la maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, a annoncé un nouveau report de la rentrée scolaire dans 24 écoles du chef-lieu. Près de 3 000 élèves du chef-lieu sont concernés dans les quartiers de Sainte-Clotilde, Primat, du Chaudron, de Petite-Ile et du Bas-de-la-Rivière. Le virus circule activement dans ces quartiers de la ville où se situent certains foyers de contamination. La maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts, demande également une réunion d'urgence au rectorat de La Réunion pour organiser l'enseignement à distance.
 

Port du masque obligatoire dans l’Ouest

Face à cette situation, des maires prennent des mesures localement. Dès demain, lundi, 24 août, le port du masque sera obligatoire dans cinq communes de l’Ouest de l’île : le Port, la Possession, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu.

Cette mesure intervient alors que le préfet de La Réunion, Jacques Billant, a annoncé vendredi 21 août, que le port du masque serait obligatoire dans davantage de secteurs de l’île, jusqu’au 13 septembre. Retrouvez ici la liste des secteurs où le masque est obligatoire à La Réunion.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :
 

Des contrôles pour empêcher les rassemblements

Depuis ce week-end, les rassemblements de plus de dix personnes sont aussi interdits par arrêté préfectoral sur l’ensemble du département. Policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire appliquer cette nouvelle mesure restrictive. Ce matin, une patrouille de gendarmerie a sillonné la commune de Sainte-Marie. Pour le moment, les forces de l’ordre font essentiellement de la prévention. Les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros.  

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 

Des centres ambulatoires Covid-19

Autre décision municipale : à Saint-Joseph, le maire "souhaite réactiver le centre ambulatoire dédié au Covid-19 au Gymnase Henri Ganofsky, dans un court délai". Une annonce qui intervient alors que l’’ARS demande aux communes et aux collectifs de médecins de s’engager à remettre en place ces centres Covid ambulatoires dédiés à la prise en charge des malades testés positifs.
 

A quand le pic épidémique ?

A quoi faut-il s’attendre dans les prochaines semaines ? Les départements de Guyane et de Mayotte ont connu leur pic épidémique bien avant La Réunion. Dans ces deux territoires, il a fallu entre 4 et 6 semaines pour atteindre le pic de contaminations.

Dans ces deux départements, la stratégie des autorités a été la même : identifier les clusters et renforcer la capacité de dépistage. En revanche, à Mayotte comme en Guyane, la levée des restrictions n’a été que partielle depuis le mois de mai. A Mayotte, le déconfinement n’a eu lieu que fin mai et en Guyane, un couvre-feu est toujours en vigueur.

En Guyane, le Covid-19 a tué 54 personnes et touché plus de 8700 cas positifs. Mayotte compte 39 décès et plus de 3 200 cas.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live