Convention canne : le mouvement des planteurs se poursuit, nouvelle réunion à la préfecture

agriculture saint-denis
Mobilisation des planteurs devant la préfecture au sujet de la convention canne à La Réunion
Mobilisation des planteurs devant la préfecture au sujet de la convention canne à La Réunion ©Kaline Lienard
Les planteurs restent mobilisés pour voir aboutir les difficiles négociations avec les industriels du sucre au sujet de la prochaine convention canne. Ce jeudi, un convoi de tracteurs fait le trajet depuis Saint-Pierre jusqu'à Saint-Denis où une nouvelle réunion s'est tenue dans l'après-midi à la préfecture.

Après déjà une quinzaine de jours de mobilisation, les planteurs restent déterminés à faire avancer les discussions afin qu'un accord soit enfin trouvé avec les industriels du sucre pour la prochaine convention canne sur la période 2022-2027.

Au final, la réunion à la préfecture entre les planteurs et les usiniers s'est achevée ce jeudi sans qu'un accord ne soit trouvée sur la future convention canne 2022-2027. Les planteurs saluent notamment l'effort financier que l'Etat et Albioma sont prêts à faire, notamment s'agissant de la prime bagasse.

Mobilisation des planteurs devant la préfecture au sujet de la convention canne à La Réunion
Mobilisation des planteurs devant la préfecture au sujet de la convention canne à La Réunion ©Kaline Lienard

Le mouvement s'est relativement durci depuis le 14 juin dernier. Après le pique-nique des Jeunes agriculteurs lundi, et l'opération de force de mardi se traduisant par la mise en place de barrages filtrants à l'entrée Ouest de Saint-Denis, les planteurs avaient, ce jeudi matin, décidé de faire "monter" un convoi de 12 tracteurs depuis Saint-Joseph et Saint-Pierre jusqu'à Saint-Denis pour la nouvelle réunion à la préfecture, et ils sont arrivés à destination peu avant midi, à grand renfort de klaxon.

Une dizaine de minutes après le début de la réunion qui a débuté à 14h30, avec Tereos, Albioma et le préfet, les planteurs ont décidé de faire monter un peu plus la pression en défilant à bord de leurs tracteurs et de leur voiture, dans le centre-ville de Saint-Denis sous un concert de klaxons.

La réaction d'Aniel Orus, un planteur interrogé sur Réunion La 1ère :

Aniel Orus, planteur. Planteurs du sud : direction la préfecture

Pas une opération escargot même si...

Si l'opération n'était pas à proprement parler une opération escargot, nombre d'automobilistes circulant notamment dans l'Ouest de l'île craignaient de subir les conséquences de cette nouvelle mobilisation sur la route. Reste que dans ce secteur en particulier, ce convoi de tracteurs a circulé sur la voie de droite et aucun bouchon notable n'était à déplorer a priori dans le courant de la matinée.

Ci-dessous des images de ce convoi sur la page Facebook des Jeunes Agriculteurs de La Réunion : 

Mais aux alentours de 11h30, la donne a quelque peu changé à hauteur de la route du littoral où des ralentissements ont été observés suite au passage du convoi. Dans un communiqué envoyé par le Centre régional du trafic routier peu après midi, il était précisé que l’accès à l’ancien Pont de la Rivière Saint Denis depuis le giratoire RD41 était fermé à la circulation suite à cette mobilisation.

Opération Escargot convoi tracteurs planteurs embouteillages route du littoral La Réunion
Le convoi de tracteurs des planteurs n'est pas sans conséquences sur la circulation, notamment au niveau de la route du littoral ©Adjaya Hoarau

Le député Ratenon interpelle l'Etat et l'Europe

Fraichement réélu, le député Insoumis Jean-Hugues Ratenon a fait part dans un communiqué de son soutien pour les planteurs rappelant au passage que la campagne sucrière qui est censée débuter la semaine prochaine "fait vivre des milliers de familles réunionnaises par ses emplois directs et indirects".

"À chaque fois, les politiques sont appelés à soutenir la filière autant du côté des planteurs que du côté des industriels. Nous répondons présent à chaque fois, nous appelons l’État et l’Europe à soutenir la filière par le maintien ou par l’abondement des subventions existantes", défend M.Ratenon tout en déplorant la position des industriels.

Mobilisation des planteurs devant la préfecture dans le cadre des négociations compliquées autour de la prochaine convention canne à La Réunion
Mobilisation des planteurs devant la préfecture dans le cadre des négociations compliquées autour de la prochaine convention canne à La Réunion ©Alix Catherine

Nous constatons qu’à chaque campagne, les industriels rechignent sur les sommes à payer. Or, ce sont bien ces derniers qui obtiennent le plus d’aides, ce sont ces derniers qui dictent les tonnages à fournir, les hectares de terres à exploiter, qui souvent freinent la diversification agricole des agriculteurs qui souhaitent améliorer leur revenu par des activités oscillaires

Jean Hugues Ratenon, député France Insoumise

Mobilisation des planteurs devant la préfecture dans le cadre des négociations compliquées autour de la prochaine convention canne à La Réunion
Mobilisation des planteurs devant la préfecture dans le cadre des négociations compliquées autour de la prochaine convention canne à La Réunion ©Alix Catherine

"Une situation de dominants/dominés qui ne peut plus durer"

"Face à ces actes répétitifs, face à cette situation de dominants et de dominés, cela ne peut plus durer", conclut le député réunionnais de la France Insoumise. La présidente de la Région Réunion Huguette Bello s'est quant à elle rendue hier, mercredi 29 juin, sous les fenêtres de la préfecture pour témoigner elle aussi de son soutien pour la filière. Une rencontre qui intervient quelques jours après le passage sur place du jeune député Frédéric Maillot avec d'autres élus de la majorité à la Région.