Avenir de la Nouvelle-Calédonie : la société civile consultée

société
Grande consultation des Calédoniens
©Christian Favennec / NC la 1ère

Sébastien Lecornu l’avait annoncé lors de son séjour calédonien il y a trois mois : une grande consultation de la société calédonienne va débuter. L’objectif de cette démarche participative est bien d’élargir le spectre des échanges pour construire l’avenir du territoire. 

Le ministre des Outre-mer le répète depuis plusieurs mois, il est urgent de renouer les fils du dialogue. La première étape pour travailler sur les enjeux de l’avenir institutionnel du territoire avait pris la forme du groupe dit Leprédour, du nom de l’îlot sur lequel dix personnalités politiques avaient été réunies autour du ministre le 29 octobre dernier. Une démarche qui a certes du plomb dans l’aile en raison du dossier de l'usine du Sud, mais qui a remis la notion de dialogue au goût du jour. 

Poursuivre la dynamique

Le ministre avait également annoncé lors de sa visite et confirmé lors de son allocution sur NC la 1ère que la démarche serait élargie à la société civile dans son ensemble. C’est désormais officiel ! Laurent Prévost, le Haut-commissaire, a annoncé la démarche officiellement le 14 janvier, de quoi poursuivre la dynamique en sortant du strict champ politique et en donnant la parole aux Calédoniens. 

Explications de Brigitte Whaap et Christian Favennec :
 

 

A plusieurs niveaux 

Confiée à Quid Novi, société calédonienne d’études et de sondages, une étude à la fois qualitative - en face-à-face - et quantitative - par téléphone - sera lancée dès aujourd’hui, vendredi 15 janvier, et durera jusqu’au 31 janvier. 

Une consultation menée directement auprès de citoyens dans une logique de débat assez approfondi sur les réflexions, les propositions. Une centaine de personnes seront consultées.

- Laurent Prévost, Haut-commissaire de la République.

 

La jeunesse a son mot à dire

La jeunesse calédonienne est également un pilier important du dispositif. Elle sera intégrée à partir de la rentrée scolaire et universitaire au mois de février, afin de pouvoir la toucher plus facilement. Elle sera appelée « à nourrir la réflexion sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, affirme le Haut-commissariat, au travers de ses représentants dans les lycées, à l’université ou dans des organismes de formation et d’insertion ».

A l’écoute du monde économique et social

Autre aspect important de la démarche, l’implication du monde économique et social, en demande de pouvoir faire entendre ses besoins, ses attentes et ses craintes. Différentes structures existent déjà et travaillent à la reconstruction du modèle économique et social du Caillou. La grande consultation leur offre l’opportunité d’intégrer un plus large mouvement. NC-Eco, le CESE, le conseil du dialogue social, le Crésica… tous sont sollicités pour transmettre leurs propositions. Une synthèse de leurs idées sera remise au groupe Leprédour d’ici fin mars 2021. 

Grande consultation des Calédoniens
©Haut-commissariat

Les maires, rouages essentiels

Enfin, ultime rouage impliqué dans la grande consultation, les maires « qui sont à la jointure entre les sujets politiques et les sujets de très grande proximité avec leurs concitoyens », assure Laurent Prévost. Un entretien individuel sera mené avec chaque maire du Caillou par les trois commissaires délégués. 

Les thématiques

Les thèmes abordés dans le cadre de la consultation : 

- L'indépendance et la souveraineté au XXIème siècle

- L'identité française dans le Pacifique

- Les liens avec la France

- Le défi climatique et les enjeux environnementaux

- Le développement économique et la répartition des richesses

- La place de la Nouvelle-Calédonie dans l’axe indo-pacifique. 

 

Le résumé de la démarche avec Laurent Prévost, Haut-commissaire de la République. Il répond à Cédrick Wakahugnème et Christian Favennec : 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live