Législatives 2022 : ces députés qui se revendiquent de mouvements indépendantistes

élections
Mosaïque députés indépendantistes
Moetai Brotherson, Steve Chailloux, Tematai Le Gayic, Jean-Philippe Nilor, Marcellin Nadeau, Jiovanny William et Jean-Victor Castor. ©Les rédactions de la 1ère
Si les indépendantistes calédoniens ont perdu ces législatives, ils risquent d’avoir encore plus de regrets en voyant la nouvelle configuration de l’Assemblée nationale : au moins sept députés se revendiquant de mouvements indépendantistes vont faire leur retour ou leur entrée au Palais Bourbon.

Certes, l’idée d’indépendance ne se pose pas dans le même contexte qu’en Nouvelle-Calédonie. Mais le fait est que la relation avec Paris a toujours sous-tendu les discours politique en Outre-mer.

Polynésie

Et le bilan du précédent mandat du président est là : à côté de Moetai Brotherson, relais des messages du FLNKS devant la représentation nationale, deux autres députés indépendantistes polynésiens viennent d’être élus (Steve Chailloux et Tematai Le Gayic), qui plus est face à des candidats soutenus par le gouvernement local et pour la majorité présidentielle.


Martinique

En Martinique, trois députés élus sur quatre se revendiquent indépendantistes : Jean-Philippe Nilor, Marcellin Nadeau et Jiovanny William de Peyi A, "ce pays-là". La gestion de l’affaire du chlordécone, le pesticide toxique des bananeraies, a en grande partie amplifié le mouvement. De même, la gestion de la crise sanitaire depuis Paris a été très mal ressentie.


Guyane

Enfin, en Guyane, Jean-Victor Castor a été élu après des années de militantisme au Mouvement pour la décolonisation et l’émancipation sociale qu’il a créé en 1990. Le MDES a toujours été présent dans les instances politiques locales, et c’est la première fois qu’un de ses candidats est élu aux législatives.