Après les violences à Belep, sanctions, et réactions

faits divers belep
Belep vue
©NCla1ère
Une semaine après le drame survenu à Belep, les coutumiers décidaient d’expulser les jeunes habitants qui ont utilisé des armes à feu, ou incendié des cases par la suite. Une décision qui serait contestée par une partie de la population.
A Belep, une partie de la population conteste la sanction d’expulser, pour dix ans, les fauteurs de trouble. Décision prise par les coutumiers suite aux affrontement qui ont eu lieu la semaine dernière.
 

Refuge

Lundi 18 mai, une bagarre entre clans rivaux à la tribu de Saint-Pierre entraînait la mort d’un homme, et faisait de nombreux blessés. Les jours suivants, des représailles conduisaient à la destruction par le feu de plusieurs cases. Depuis, une soixantaine de personnes ont trouvé refuge plus au Nord.
 

Rencontre à la chefferie 

Ce mardi 26 mai, une nouvelle réunion se tenait, à la grande chefferie, à laquelle l’ensemble de la population était invité. Le ton est monté. Certains habitants demandent aux coutumiers de revenir sur leur sanction. Le conseil de clans doit se réunir de nouveau, lundi, pour considérer sa position.
 

Climat tendu 

En attendant, la vie continue, à Belep, dans un climat tendu. Un habitant nous confiait «qu’il faisait attention à rester à la maison, mais faisait quand même ses courses». Les magasins sont ouverts. Le dispensaire est fermé mais les urgences sont assurées.  L’école accueille les enfants. Les rotations maritimes continuent. Quant à la desserte aérienne, elle doit reprendre normalement ce jeudi.
 

Election du maire

Jeudi qui verra le conseil municipal de Belep se réunir, afin d’élire le maire de la commune. Jean-Baptiste Moilou est sorti vainqueur du premier tour, le 15 mars. Enfin, on notera qu’un renfort de gendarmes se trouve toujours sur place.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live