L'Union calédonienne ouvre son cinquante-et-unième congrès à Touho

politique touho
51e congrès de l'Union calédonienne à Touho Mission, 6 novembre 2020
Le cinquante-et-unième congrès a commencé vendredi après-midi à la mission de Touho. ©Marguerite Poigoune / NC la 1ere
Réunie à Touho Mission, l’Union calédonienne se penche jusqu'à dimanche sur les sujets d’actualité et le bilan des missions qu'elle s’est fixées il y a un an, à Ouvéa. L’UC travaillera aussi à la constitution du pays indépendant qu'elle appelle de ses vœux.
Il est intitulé «Go Caama Cut Ke Go Ân» - «lève-toi et avance» en langue cèmuhi : le cinquante-et-unième congrès de l'UC a commencé ce vendredi après-midi, à Touho Mission. Après l'accueil des délégations dans la matinée, le président du mouvement indépendantiste a prononcé un discours d’une quinzaine de minutes devant de nombreux militants déjà présents.
 

Entrevue avec le ministre

«Nous avons du pain sur la planche pour réfléchir sur les décisions qu’appelle la situation actuelle de notre pays», a déclaré Daniel Goa. Lequel est revenu sur le référendum qui s’est tenu il y a cinq semaines, le dossier de l’usine du Sud et la prochaine consultation. Des sujets évoqués lors de sa rencontre avec le ministre des Outre-mer chez lui à Kaavac, sur la commune de Hienghène. Le dirigeant de l’UC voit en Sébastien Lecornu «un jeune ministre qui méconnaît les dossiers au niveau local». 
 

Il participe à un gouvernement qui, à la différence de ses prédécesseurs, de droite comme de gauche, n’a pas de culture politique calédonienne. Au point de sous-estimer, une fois de plus, la responsabilité de l’Etat dans les problèmes que traverse notre société. Ce sont là des défauts qui risquent de rendre le dialogue difficile.

- Daniel Goa

 

Sur le dossier Vale

Daniel Goa est aussi intervenu sur la cession en cours des parts de Vale dans l’usine du Sud. «Nous ne devons rien céder sur ce dossier», a-t-il formulé. L’Union calédonienne, a-t-il répété, est prête à se battre pour que le complexe industriel devienne une usine du pays.
 

Si l'Ican appelle à un préalable minier à toute nouvelle discussion politique, je dis que nous devons répondre présents.

 
51e congrès de l'Union calédonienne à Touho Mission, 6 novembre 2020
©Marguerite Poigoune / NC la 1ere
 

Pour un troisième référendum

Dernier point du discours, la troisième consultation référendaire, voulue par l’UC. Un grand chantier attend les indépendantistes pour convaincre les autres citoyens, a déclaré son président.
 

Il va nous falloir être à même de répondre à leurs interrogations, dissiper leurs inquiétudes légitimes et pour cela, nous montrer plus explicites sur les principes qui nous unissent, rendre le projet Kanaky plus lisible.

- Daniel Goa

 

Un an après Wadrilla

Après ce discours, place aux rapports des différentes structures. Comme chaque année, les militants de l'Union calédonienne doivent dresser le bilan du chemin accompli à partir des orientations qui ont été arrêtées la fois précédente. C'est-à-dire lors du congrès de Wadrilla, à Ouvéa, en novembre 2019.
 

Après les rendez-vous électoraux

Ce week-end, il va être question des municipales aussi bien que du référendum d’octobre dont elles ont été un tremplin, selon le parti. Le cinquante-et-unième congrès doit aussi être l'occasion d'aborder la question du vivre-ensemble dans le pays indépendant que l'UC appelle de ses vœux. De même que sa constitution, son financement, ses compétences régaliennes ou les relations qu'il entretiendrait avec les autres Etats.
  

Renouvellement du bureau

Des ateliers sont prévus samedi, à cet effet. Il y en aura quatre, dont un dédié au projet de société et un autre à la stratégie pour 2022. Quant au bureau, il sera renouvelé dimanche matin. 

A retrouver au JT de 19h30
Les Outre-mer en continu
Accéder au live