Passages de relais au Rimap-NC

armée mont-dore
Passation de commandement au Rimap-NC, régiment, camp de Plum, 24 juillet 2020
De gauche à droite, le colonel Dubois, le lieutenant-colonel Lorvoire et le général Barrera commandant des Fanc. ©Françoise Tromeur / NC la 1ere
Le Régiment de marine du Pacifique a un nouveau chef de corps, de nouveaux personnels affectés, de nouvelles unités en mission de courte durée... Un ballet annuel, qui a été compliqué par la crise sanitaire. Le lieutenant-colonel François Lorvoire a succédé au colonel Emmanuel Dubois.
Dans les quartiers à forte présence militaire, on connaît ça par cœur : de Plum à Tontouta en passant par la pointe Chaleix et celle de l’Artillerie, chaque milieu d’année rime avec «PAM». Quand vient le temps du «plan annuel de mutation», des personnels de l’armée quittent la Calédonie, d’autres y atterrissent, des établissements scolaires perdent des élèves et en accueillent de nouveaux...
 

Mise en place plus compliquée

Un air connu qui doit composer avec la pandémie de Covid-19 : le ballet des partants et des arrivants s’avère particulièrement stressant. «Pour ceux qui viennent en famille, ça a compliqué la mise en place. On a su au dernier moment les dates», note le lieutenant-colonel François Lorvoire.
 

Passation de commandement

L’officier a pris vendredi dernier les rênes du Régiment d'infanterie de marine du Pacifique, une semaine après avoir lui-même terminé un confinement à l’hôtel. L’homme, qui vit sa première affectation outre-mer, arrive de l’Etat-major de l’armée de terre à Paris. 
 

Tu es désormais à la tête du plus beau régiment du monde.
- Le général Barrera au nouveau chef de corps du Rimap-NC

 
Passation de commandement au Rimap-NC, lieutenant-colonel Lorvoire en tête, 24 juillet 2020
Après la prise d'arme, le défilé au camp Broche, 24 juillet 2020. ©Riamp-NC
 

Plus de 800 actifs et réservistes

Outre 150 réservistes, le Rimap-NC compte environ 700 personnels militaires et civils, basés au camp Broche de Plum, également à Nandaï et un peu au quartier Gribeauval de Nouméa. Le chassé-croisé du PAM n’est pas tout à fait achevé. «Ça va s’étaler. Le gros des échanges sera terminé en août. On aura fini toutes les mutations en septembre», pose le lieutenant-colonel Lorvoire.
 

Relève en «quatorzaine»

Dans ce contexte d'épidémie et d’aérien contraint, il fallait aussi assurer la rotation des unités qui arment pour quatre mois les compagnies tournantes. Les actifs en mission de courte durée représentent les trois-quarts des effectifs. La «quatorzaine» vient d’être effectuée en caserne par les troupes fraîches, issues du 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine, du 35e régiment d’infanterie, du 3e régiment du génie ou du 1er régiment d’infanterie de marine. 
  

«Il y a des questions, c’est normal»

Les relèves militaires crise ont été un sujet de crispation, au sein de la population. «Il y a des questions, c’est normal. Une crise de cette ampleur génère des peurs. Il faut être patient, il faut répondre aux questions», réagit le chef de corps sortant. Le colonel Emmanuel Dubois donne en gage les tournées en province qui ont repris, comme dans cette tribu de Kouaoua.
 
rimap kouaoua
©Nicolas Fasquel
 

Référence

Avant de s’envoler vers le Commandement pour les opérations interarmées, à Paris, il a été salué avec force éloges pour ses deux ans à la tête du régiment. De son affectation calédonienne, le colonel Dubois retient «des années intenses avec énormément de chantiers et une surprise au milieu, la crise Covid». L’un des fils conducteurs : faire des installations du Rimap-NC un lieu d’entraînement de référence dans le Pacifique. «C’est un tout : des infrastructures opérationnelles, du matériel, des infrastructures d’hébergement, des moyens de communication», a énuméré le chef de corps sortant.
 

Labellisation

Son successeur compte s’inscrire dans la continuité, et notamment œuvrer à améliorer cette capacité d’entraînement pour les unités de passage. Des travaux sont achevés. D’autres, en cours. L’idée : faire labelliser la démarche d’ici la fin de l’année.
 
Coutume de passation de commandement au camp de Plum, Rimap-NC, juillet 2020
Coutume devant la case du camp Broche avec les chefs de corps sortant et entrant. ©Rimap-NC
 

Liens tissés avec les communautés

«A titre personnel, je suis très heureux de venir servir ici en Nouvelle-Calédonie», ajoute le lieutenant-colonel Lorvoire, qui apprécie notamment d’avoir été accueilli par les «scouts» kanak du régiment. Marque du lien persistant avec l’ancien bataillon du Pacifique, le président du Sénat coutumier et des coutumiers du pays drubea-kapumë assistaient à la passation de commandement. Tout comme le maire du Mont-Dore.
 

«Une réalité»

Très ému lors de cette soirée particulière, le colonel Dubois a rendu hommage au soldat de première classe Tojohasina Razafintsalama. «Ce que l’on fait ici, se préparer (quand on ne fait pas a la guerre, on s’y prépare), c’est une réalité», a-t-il insisté. Le jeune homme a été tué jeudi dernier, lors de combats au Mali. Il était passé par Plum, l’an dernier, en mission de courte durée.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live