publicité

Le RDO fustige la «volte-face» de l'Eveil océanien

Le choix de l’Eveil océanien de partir sur la liste de l’Avenir en confiance pour le gouvernement a été bien sûr discutée par le RDO réuni en comité directeur à Dumbéa. Pour le parti d’Aloisio Sako, le nouveau venu se décrédibilise en votant un jour indépendantiste et le lendemain, loyaliste.

Aloisio Sako lors du comité directeur du RDO, le 8 juin. © NC la 1ere
© NC la 1ere Aloisio Sako lors du comité directeur du RDO, le 8 juin.
  • Malia-Losa Falelavaki et Patrick Nicar, avec F.T.
  • Publié le
«Nous faisons de la politique. Il y a un choix à faire. Il faut le faire.» Des paroles signées Aloisio Sako. Le président du RDO, composante du FLNKS, ne mâche pas ses mots pour qualifier l'attitude, à ses yeux, du dernier venu sur la scène politique calédonienne : l'Eveil océanien, qui a hier soutenu le camp indépendantiste au Congrès et s'allie aujourd'hui avec l'Avenir en confiance
Ecoutez-le au micro de Malia-Losa Falelavaki et Patrick Nicar.
ALOISIO SAKO
 

«On ne comprend plus»

«Le chemin emprunté est tortueux, pas de visibilité et ça, ce n'est pas bon, déclare Aloisio Sako. Parce qu'ils ont suscité de l'espoir, dans tout le pays: les Océaniens qui se rencontrent, enfin. Et là, volte-face. Nous, on ne comprend plus.» Le dirigeant du RDO sermonne : «Quand on fait de la politique, il faut être courageux, comme cette poignée de mains, Lafleur et Tjibaou. Ce n'est pas aller à chaque fois consulter le peuple. Tu es visionnaire et tu prends ta décision, ou alors il faut rendre ton tablier.» 
 

L'exemple de l'Union océanienne

Et de rappeler que l’Union océanienne avait effectué une percée semblable en 1989, et n’a duré qu’un mandat. La scission a fait naître le RDO, qui a choisi de travailler avec le front indépendantiste, et ce depuis trente ans. «Ils veulent du changement, ils veulent une meilleure répartition des richesses, changer une société inégalitaire: bravo, les mecs!, lance encore le politique. Sauf qu'ils se sont arrêtés en cours de route, et ils sont en train de rebrousser chemin, pour rejoindre ceux qui les ont quittés hier. Je dois vous dire que je suis déçu par leur comportement. Le changement, c'est devant, et c'est avec le FLNKS.»
 

Les dix démissions actées

Le comité directeur a aussi acté la démission, fin mai, de dix militants dont Arnaud Chollet-Leakava qui était secrétaire général du parti. Un départ qui n’a pas impacté le mouvement, répète Aloisio Sako. Un nouveau SG sera désigné au Congrès du RDO, prévu avant le mois de novembre.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play