Tarifs, septaine, troisième établissement : tour d’horizon de la quatorzaine payante

coronavirus
Hôtels quatorzaine payante Beaurivage et Gondwana
Les hôtels Beaurivage et Gondwana sont pour l'instant les seuls à proposer la quatorzaine payante. ©Hôtel Beaurivage et hôtel Gondwana

Deux hôtels de Nouméa proposent cette alternative mise en place l’an dernier. Les tarifs de la quatorzaine payante sont élevés assurent certains Calédoniens. L'offre dépend des coûts de fonctionnement des établissements assurent les professionnels. 

Plus de 519 000 francs CFP pour une quatorzaine pour une personne seule à l’hôtel Beaurivage, contre 420 000 francs à l’hôtel Gondwana. Ces deux établissements de Nouméa sont pour l’heure les seuls à proposer la quatorzaine payante sur le territoire, mise en place depuis le 10 novembre 2020
Des tarifs qui diffèrent car les soixante chambres du Beaurivage y sont dédiées, et seulement vingt des quatre-vingts chambres du Gondwana proposent cette alternative. 

Des tarifs qui s’expliquent par les coûts selon les hôteliers

Une offre onéreuse, due aux coûts d’exploitation explique Lancelot Paillotin, directeur du Beaurivage.
" Ce tarif est ventilé entre la restauration, le protocole sanitaire avec des infirmières et un médecin de garde, avec des tests PCR. On réalise également le prélèvement qui est facturé. Vous avez la sécurité avec plusieurs agents de sécurité qui surveillent 24/24 pendant quatorze jours. On a également l’équipement sanitaire, l’équipement en chambre". 
Sur le prix de la quatorzaine, la partie hébergement représente moins de la moitié. " Pour la restauration, vous nourrir matin, midi et soir pendant quatorze jours, il faut compter environ 100 000 francs. Vous avez la partie sanitaire : deux infirmières plus un médecin d’astreinte pendant quatorze jours, ça peut monter facilement entre 600 000 francs et 1,2 million pour une quatorzaine" renchérit Lancelot Paillotin.

Quel tarif pour la septaine ?

Equipement en chambre, protocole sanitaire, transport, repas… malgré le coût de cette quatorzaine privée, depuis le mois de novembre, environ cinq cents personnes ont opté pour cette solution pour le Beaurivage. Une offre qui pourrait être réorganisée avec la mise en place de la septaine pour les personnes vaccinées.
" Ce qui est sûr c’est que le tarif ne peut pas être divisé par deux parce que les coûts fixes sont énormes" confie le directeur de l’hôtel. " Il faut compter je pense une réduction du tarif aux alentours de 30, 35 % sur celui qui est actuellement présent. La quarantaine sera par défaut sur quatorze jours avec la possibilité, si les tests s’avèrent corrects, de terminer cette quatorzaine au bout de sept jours. Mais pour l’hôtelier, nous sommes tenus de garantir l’hébergement de quatorze jours. Donc on ne peut pas être pris au dépourvu au bout de sept jours. Je pense que l’offre qui va être proposée restera sur l’offre actuelle de quatorze jours, avec la possibilité d’un remboursement en cas de sortie au bout de sept jours". 

Peut-être un troisième hôtel de quatorzaine payante

En attendant, les professionnels et entreprises, premiers clients de la quatorzaine payante sur le territoire continuent d’affluer. Pour les deux prochains mois, l’établissement enregistre quatre-vingt-une réservations. 
Une offre "low-cost" ( à bas prix) est également en cours d’élaboration avec un troisième établissement, sur lequel le prix de la chambre et les tarifs liés à la sécurité pourraient être réduits.

Le reportage d'Erik Dufour et Nicolas Fasquel