Usine du Sud : mobilisations, table-ronde, négociations politiques et proposition de médiation au menu de ce mercredi

nickel
Mobilisation usine du Sud
©NCla1ère
Plusieurs marches étaient organisées dans le pays aujourd’hui à l’appel du collectif Usine du Sud = Usine Pays qui réclame une table-ronde sur le dossier. L’UC menace de quitter les discussions politiques et Calédonie ensemble propose une médiation. Le port autonome reste bloqué. 
La mobilisation se poursuit en faveur de l’offre Sofinor/Korea Zinc dans le dossier du rachat de l’usine de Vale NC. Plusieurs manifestations étaient organisées ce matin sur l’ensemble du territoire. 
 

Une table-ronde sur l’usine du Sud ?

A Nouméa, ils étaient des dizaines au départ du port autonome pour marcher jusqu’aux grilles du Haut-commissariat.  Les membres du collectif Usine du Sud = Usine Pays et de l’Ican ont été reçus par le secrétaire général adjoint. Ils demandent une table-ronde pour échanger sur le dossier de reprise de l’usine du Sud et comparer les projets Prony Resources et Sofinor/Korea Zinc. 
Les manifestants souhaitent une réponse avant ce vendredi et envisagent de durcir leurs actions en cas de refus. 
Les précisions d’Aloisio Sako, membre du collectif, au micro de Laurence Pourtau et Ondine Moyatéa. 


Les membres du collectif et de l’Ican ont ensuite été reçus par le président du Congrès Roch Wamytan.
Le fil de la journée avec Laurence Pourtau et Ondine Moyatéa

 

Une tournure de plus en plus politique 

Le dossier de la vente de Vale NC s’invite de plus en plus dans le débat politique. Ce matin, Daniel Goa a publié une lettre ouverte aux Calédoniens dans laquelle il annonce ne pas rejoindre les discussions sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie « tant que que l’Etat ne se sera pas enfin engagé sur la voie d’une décolonisation qui ne se paye pas que de mots, mais d’actes concrets. »
Daniel Goa qui était ce matin aux côtés des manifestants à Koné pour une marche vers la subdivision. Le préalable minier des années 90 était dans tous les esprits. 
Le reportage de Gilbert Assawa et David Sigal 

 

La présidente de la province Sud rentre dans le débat

« Il faut que l’hypocrisie cesse », ce sont les mots de la présidente de la province Sud, Sonia Backès. Dans un communiqué, elle rappelle « que le projet qui fait l’objet d’une période d’exclusivité est un projet calédonien ». Ajoutant que « les indépendantistes cherchent dans ce combat, à permettre à la province Nord de faire main basse sur les ressources du Sud ». La présidente de la province Sud en appelle à la responsabilité des membres du groupe « Leprédour » et précise qu’une réunion est organisée cet après-midi, au sujet de la répartition du capital calédonien. 

Et toujours sur le dossier de la revente de l’Usine du Sud, le groupe Avenir en confiance au Congrès, a tenu à prendre position et appel au calme.
Ce matin, en marge de la séance publique du Congrès, Virginie Ruffenach a estimé que seule l’offre portée par Trafigura était viable.
Virginie Ruffenach au micro de Mathieu Ruiz Barraud. 

Dossier Vale NC itw Ruffenach


A noter que de son côté, l’Eveil Océanien, composante du groupe UC-FLNKS au congrès, ne se positionne pour aucune des deux solutions mais appelle à une solution qui sauvegarderait les emplois et les ressources.
 

Une proposition de médiation 

Calédonie ensemble entre à son tour dans le débat en proposant au président de Vale Monde une médiation avec toutes les parties prenantes, « afin de renouer les fils d’un dialogue interrompu ». Un courrier signé des députés Philippe Gomès et Philippe Dunoyer, de l’ancien président de la province Sud Philippe Michel et de l’ancien président du sénat coutumier Jean Kays. « A la veille d’un troisième référendum, il est dangereux d’aggraver la fracture entre Calédoniens et de faire peser un risque majeur sur la poursuite d’un dialogue politique dont les fils viennent à peine d’être renoués » indiquent les signataires. 
Un courrier à découvrir ci-dessous : 
 

Ailleurs dans le pays

A Lifou, une soixantaine de personnes ont défilé jusqu’à la subdivision à Wé où un cahier de revendications a été déposé. A Ouvéa aussi des manifestants se sont mobilisés pour l’usine du Sud. 
Le récit de Clarisse Watué 

Mobilisation Lifou

Manifestation Usine du Sud Lifou 18 novembre 2020
©Clarisse Watue

A noter qu’à La Foa aussi une mobilisation était aussi organisée devant la subdivision Sud. 
Ecoutez Yvon Kona, sénateur coutumier de l'aire Xârâcùù, au micro de Nathan Poaouteta 

 

Le port autonome toujours bloqué 

En attendant, le port autonome reste inaccessible. L’ordonnance de référé prise hier par le juge, expulsant les occupants irréguliers du domaine public portuaire, a été signifiée ce matin aux intéressés. Dans un communiqué, l’exécutif indique que « le président du gouvernement a sollicité l’intervention de l’Etat afin que le poumon économique de notre territoire soit libéré dans les plus brefs délais ». Et de leur côté, les acteurs économiques entendent se mobiliser à leur tour devant le Haut-commissariat ce jeudi pour réclamer le déblocage du port.  
 

L'UGPE demande un moratoire

L’Union des groupements de parents d’élèves demande dans un communiqué publié ce jour un moratoire pour permettre aux jeunes et à leur famille de se présenter aux examens dans les meilleures conditions possibles. 
« Ne sacrifiez pas l’avenir des quelques 10 000 jeunes qui se préparent activement aux examens de fin d’année sur l’autel d’un militantisme qui écrase tout sur son passage » écrit l’UGPE.  
Un communiqué à lire ci-dessous 

L'invité de la matinale 

Et notez que l’invité de la matinale radio ce jeudi sera Ulrich Reber, directeur de projet à la Sofinor. Avec Charlotte Mestre, il reviendra plus en détail sur l’offre de rachat de Vale NC par la Sofinor et Korea Zinc. N’hésitez pas à poser vos questions en direct au 258 258 à partir de 7 h.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live