Actualité et référendum à l'ordre du jour pour le Parti travailliste

référendum
Parti travailliste 28 juillet 2020
©Laura Schintu / NC1ère
À moins de trois mois du référendum, le Parti travailliste évoque de possibles nouvelles unions, au sein d'un nouveau groupe. Le mouvement a également acté deux positions ce mardi, dans la reprise de l'usine du Sud et l'affaire du câble sous-marin de l'OPT.
« Ce samedi, on va mettre en place le mouvement nationaliste nouveau », assure Louis Kotra Uregei, à la tête du Parti travailliste. À l’occasion d’une conférence de presse menée ce mardi, le président du parti indépendantiste a confirmé la participation du mouvement au référendum du 4 octobre prochain, en évoquant de possibles nouvelles alliances.

Une campagne menée en dehors des comités nationalistes et citoyens (CNC) du FLNKS, avec de nouvelles unions possibles : entre autres, avec le Mouvement nationaliste, indépendantiste et souverainiste, « qui pourrait rejoindre le PT, dans une campagne commune », poursuit Louis Kotra Uregei.

Samedi dernier déjà, la nouvelle présidente du MNIS Muneiko Haocas assurait être « dans une dynamique d’union avec le parti travailliste et avec l’ensemble des forces vives de la mouvance indépendantiste, qui ne sont pas aujourd’hui dans le FLNKS ».

Des alliances qui seront précisées ce samedi, à l'occasion d'un séminaire, à la maison des syndicats.
 

Opposition à la reprise de Vale NC par l’Australien New Century 

L’occasion pour le président du parti de prendre position sur la possible reprise de l’usine du Sud, par l’australien New Century et d’affirmer le soutien du mouvement à la SMSP.
 

Nous sommes opposés à la reprise de Vale par l’industriel Australien. Ce repreneur ne maîtrise pas le procédé hydro-metallurgique et il n’a pas l’assise financière suffisante. Nous le dénonçons et nous nous opposerons à la session de Vale à ce groupe. Nous soutenons le projet initié par la SMSP, avec son partenaire coréen. C’est une entreprise du pays et dans le schéma nouveau pour Vale, c’est la configuration que l’on a connue pour KNS, à savoir la SMSP 51% et les partenaires associés, 49%, donc la majorité revient au pays. C’est évident que nous soutenons ce projet - Louis Kotra Uregei, président du Parti travailliste

 
Parti travailliste 28 juillet 2020 2
©Laura Schintu / NC 1ère
 

Soutien à l’OPT dans la pose d’un deuxième câble sous-marin

Le 2 juillet dernier, l’Autorité de la concurrence, donnait raison à la SSCI, dans l’affaire du câble sous-marin du Pacifique. Actant que l’OPT devait laisser accès au réseau de Nouvelle-Calédonie, pour permettre à l’entreprise privée, de réaliser son projet de câble. Une décision vivement regrettée par le parti indépendantiste. 
 

On dénonce l’avis de la haute autorité de la concurrence, qui a jugé comme si elle avait affaire à deux entreprises privées. Or il s’agit de l’OPT, qui est un service public qui a besoin de la rentabilité des services des télécoms, pour pouvoir assurer le service postal et les services financiers. Ce qui touche l’ensemble de la population du pays. Il n’est pas question pour nous de laisser une entreprise privée venir fragiliser le service public, donné à la population - Louis Kotra Uregei, président du Parti travailliste

 

Soutien à Oscar Temaru 

Par ailleurs, le parti travailliste lance une campagne de soutien au leader indépendantiste Oscar Temaru, « dans l’acharnement judiciaire qu’il rencontre actuellement ». Le procès qui oppose Oscar Temaru au procureur de la République en Polynésie, devrait se tenir au courant du mois d'août sur le Caillou. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live