Référendum en Nouvelle-Calédonie : la non-participation des indépendantistes le 12 décembre se précise

référendum
Affiches pour le report du référendum, le 5 octobre, à hauteur de la mission de Saint-Louis, au Mont-Dore.
Affiches pour le report du référendum, le 5 octobre, à hauteur de la mission de Saint-Louis, au Mont-Dore. ©Françoise Tromeur / NC la 1ere
Les formations indépendantistes devant participer à la campagne référendaire n’ont pas déposé à temps les documents nécessaires à la propagande officielle, annoncent-elles. Un état de fait assumé, qui concrétise l’appel à ne pas participer au vote s’il est maintenu le 12 décembre.

Ni l’Uni, ni le Parti travailliste, ni le groupe UC-FLNKS et Nationalistes n’ont transmis à la commission de contrôle les documents de propagande destinés à la campagne référendaire. Alors qu’ils devaient le faire avant mercredi 27 octobre. C'est ce qui a été annoncé par un communiqué commun.

 

Admis à la campagne officielle

Fin septembre, ces trois composantes indépendantistes ont pourtant été autorisées à participer à la campagne officielle, de même que quatre groupements loyalistes et l'Eveil océanien. Sauf qu’entre-temps, dans le contexte de Covid-19, le camp indépendantiste a demandé à reporter la consultation prévue le 12 décembre. 

Appel du 20 octobre

Faute de consensus à ce sujet et de décision en ce sens, un communiqué diffusé par le bureau politique du FLNKS le 20 octobre a appelé à la non-participation. Une position retentissante qui vient de prendre une tournure concrète, par le fait de ne pas déposer, avant la date requise et auprès du haut-commissariat, les projets de circulaire et d'affiches.

Un message "clair"

"Ce sont des documents légaux qui permettent à des groupes qui se sont déclarés pour participer à la consultation du 12 décembre de participer à cette campagne", explique Jean-Pierre Djaïwe, président du groupe Uni au Congrès. "En disant clairement que nous ne transmettrons pas à la commission de contrôle les affiches et les circulaires, ces groupes disent clairement qu'ils ne participeront pas à la campagne."

"Pas de retour en arrière"

Et de répéter l'argumentaire du front indépendantiste : "De nombreuses familles calédoniennes sont endeuillées. Pour nous, le FLNKS, il ne nous est pas possible, par respect, d'aller auprès des familles pour faire campagne. Dans un moment de deuil, on ne fera pas campagne, on ne participera à cette consultation si elle est maintenue le 12. Il n'y a pas de retour en arrière pour ce qui nous concerne." 

Non-dépôt des documents de propagande référendaire : les explications de Jean-Pierre Djaïwe