outre-mer
territoire

Le Réunionnais Jean-Hugues Ratenon dépose une pétition au ministère des Outre-mer

société
Jean-Hugues Ratenon
Jean-Hugues Ratenon devant le ministère des Outre-mer à Paris ©MK / Outremer 1ere
Le président de l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté a déposé ce mardi une pétition signée par 12 000 Réunionnais rassemblant leurs exigences sur la lutte contre la pauvreté. L'occasion de rappeler son combat contre la suppression du RSTA. 
Rendez-vous était donné au ministère des Outre-mer. Ou plutôt devant le bâtiment de la rue Oudinot. Jean-Hugues Ratenon s'en désole, il n'a jamais réussi à obtenir de rendez-vous avec le ministre. "Ca fait 10 jours que nous sommes à Paris et que nous essayons", souligne-t-il à Bernard Guillaume, chef du cabinet de Victorin Lurel.
En l'absence du ministre, c'est à ce dernier de recevoir et transmettre les doléances du président du mouvement Rézistans/ ARCP (Alliance des Réunionnais contre la pauvreté).
 
Et si Jean-Hugues Ratenon semble quelque peu esseulé, il ne l'est pas. Il a entre ses mains une pétition rassemblant "les signatures de 12 000 Réunionnais", qui ont paraphé une plateforme d'exigences réunionnaises.
Cette pétition avait été remise à la préfecture au mois de mai. Le 12 juillet, réalisant que le dossier n'avait pas été transféré à Paris comme convenu, Rezistans et l'ARCP se sont chargés de la récupérer afin de la déposer par eux-mêmes.
 

Pour un RSTA rétabli et étendu

La première exigence c'est de lutter contre la pauvreté. "Nous avons le plus fort taux de chômage des jeunes en Europe. 42% des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté", insiste Jean-Hugues Ratenon. Le président de l'ARCP a rappelé la grève de la faim de Samuel Mouen qui a cessé de s'alimenter depuis 9 jours. Le président des Indignés 974, qui proteste contre la fin du RSTA a reçu le soutien de la présidente du Conseil général Nassimah Dindar et du député maire de Saint-Leu Thierry Robert.
 

Le Revenu supplémentaire temporaire d'activité avait été mis en place après la crise sociale qui a traversé les DOM en 2009. Initialement prévu pour une durée de trois ans, il a été prolongé par deux fois, jusqu'au 31 mai 2013, date de sa suppression définitive.
"Selon l'INSEE, qui a effectué l'enquête sur le taux de pauvreté à la Réunion, la suppression du RSTA va enfoncer les Réunionnais dans la pauvreté" a-t-il ajouté. Jean-Hugues Ratenon souhaite par ailleurs voir le dispositif étendu à l'ensemble des salariés réunionnais.  Autre motif de récrimination, les emplois d'avenirs. "Nous en avons 5 000 qui ont été attribués à la Réunion. Où sont-ils? Il faut que tout soit fait pour qu'on utilise ce quota!"
 
Bien en peine de répondre à ces questions, Bernard Guillaume a assuré "comprendre la colère de son interlocuteur"  et ajouté qu'il transmettrait cette pétition " qui matérialise le mécontentement"  auprès du ministre des Outre-mer. 

 

Publicité