Libération des otages : les principales réactions

monde
Otages français au Sahel
Les otages français actuellement retenus par Al-Qaida au Maghreb islamique : de gauche à droite, Daniel Larribe, Pierre Legrand, Thierry Dol et Marc Ferret. ©AFP
Voici les principales réactions suite à la libération mardi soir des quatre otages détenus au Sahel, Thierry Dol, Marc Féret, Pierre Legrand et Daniel Larribe. 

Marie-Jo et Alex Dol, parents de Thierry Dol

"Je n'arrivais pas à y croire, il faut que je le touche avant pour avoir la confirmation totale", a déclaré Marie-Jo Dol, notamment sur France Ô. "Monsieur le Premier ministre m'a appelée, ils ont été libérés", a-t-elle ajouté. "Je ne voulais pas y croire, j'attendais la confirmation et là je l'ai eue. Je sais que Dieu le protège, on le reverra bientôt", a dit aussi Mme Dol.
Ecoutez là, interviewée par Marie Radovic de France Ô.

Mère thierry Dol / libération

 
"Je suis très ému parce qu'après trois ans il était temps quand même ! Je ne pensais pas qu'ils allaient passer encore la Noël, c'est une très bonne chose, Dieu a fait son travail, on dit merci notamment à notre Seigneur", a déclaré sur RCI Alex Dol, très croyant comme son épouse.


Françoise Larribe, épouse de Daniel Larribe

L'épouse de Daniel Larribe, un des quatre otages d'Arlit libérés mardi, a évoqué "une vague émotionnelle, un tsunami" après l'annonce de la libération de son mari, assurant n'avoir jamais perdu espoir. "C'est une vague émotionnelle, un tsunami", a dit Françoise Larribe à l'AFP depuis Marseille, où étudie une de ses deux filles.
"Le président de la République a tenu à nous informer personnellement. Je sortais de l'hôpital, et je ne savais plus si j'étais sous anesthésie ou pas! C'était surréaliste", a-t-elle raconté, saluant le travail de tous les intervenants, notamment le gouvernement français et les responsables nigériens ainsi qu'Areva.
"Pendant ces trois ans on était tout le temps dans l'espérance. Je n'ai jamais perdu l'espoir, même s'il y a eu des moments d'abattement, de peur, d'angoisse", a encore dit celle qui fut enlevée avec son mari avant d'être libérée en février 2011.

Kant Lebeau, président du comité de soutien de Thierry Dol

"Aujourd'hui, on me dit qu'ils sont libres sains et saufs. Nous sommes très heureux, même plus encore, c'est même indescriptible", a déclaré le président du comité de soutien de Thierry Dol, Kant Lebeau. "Tant que je ne toucherai pas Thierry Dol et les autres, je n'y croirai pas, je suis tellement heureux de cette annonce", a-t-il ajouté. Ecoutez-le joint par Martin Baumer, de Radio Outre-mer 1ère.

Kant Lebeau réaction libération Dol


Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères 

"On vient de les accueillir (les otages, ndlr) à l'aéroport avec le président nigérien. Ils sont en très bonne forme", a déclaré à l'AFP par téléphone Laurent Fabius, en précisant qu'ils avaient été libérés au Mali.
"Ce que je peux vous dire c'est que la France ne paye pas de rançon, c'est clair et net", a ajouté à la radio Europe 1 le chef de la diplomatie. "La consigne du président (François Hollande) est de ne pas payer de rançon, cette consigne est respectée", a-t-il insisté sur la radio RTL, sans se prononcer sur un éventuel versement d'argent par l'entreprise Areva et son sous-traitant Satom qui employaient les quatre otages. Laurent Fabius a rendu hommage à "l'action déterminante" du président nigérien Issoufou, dans leur libération. "Cela a été long et difficile", a-t-il dit à l'AFP.
 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a déclaré mardi soir qu'il n'y avait eu ni "assaut" ni versement d'une "rançon" pour obtenir la libération des quatre otages français d'Arlit (Niger). "Il n'y a pas eu d'assaut. Il y a eu une initiative prise par les réseaux du président Issoufou qui a permis une libération sans heurt", a-t-il déclaré à TF1. M. Le Drian a également démenti tout paiement d'une rançon. "On ne joue pas à cela", a-t-il dit
 

François Hollande, président de la République 

"Je veux vous annoncer une heureuse nouvelle. Je viens d'apprendre par le président du Niger que nos quatre otages du Sahel, les otages d'Arlit, viennent d'être libérés", a déclaré M. Hollande dans une allocution à Bratislava. François Hollande a exprimé "toute sa gratitude" au président nigérien Mahamadou Issoufou "qui a réussi à obtenir la libération de nos compatriotes". Selon son entourage, il a été prévenu "personnellement" par son homologue nigérien.
 

Mahamadou Issoufou, président du Niger

Le Niger "s'est employé" à libérer les quatre otages français enlevés à Arlit au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en 2010 et qui ont été libérés mardi, a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou.
Le président nigérien a rendu hommage aux "membres de l'équipe nigérienne" à qui il a confié la "mission" de faire libérer Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, sans apporter d'autres précisions sur cette mission .
"Depuis l'enlèvement des otages il y a trois ans, le Niger s'est employé aux conditions de leur libération. Aujourd'hui, c'est chose faite. On s'en félicite", a déclaré le chef de l'Etat nigérien alors qu'il accueillait les quatre ex-otages dans l'enceinte de l'aéroport de Niamey.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live