Harry Roselmack monte au créneau contre le racisme

société
harry roselmack
Le journaliste Harry Roselmack sur le plateau de l'émission "Sept à Huit" ©DR
Il s’exprime peu en dehors de son émission, mais le journaliste Harry Roselmack a choisi d'intervenir dans le débat public avec un titre choc pour sa tribune publiée hier sur le site du journal Le Monde : « La France raciste est de retour ». 
Le journaliste vedette, d’origine martiniquaise, de l’émission Sept à Huit sur TF1 s’inquiète de la République, une République qui selon lui a su créer « un sentiment d'appartenance et d'attachement national chez des gens de classes sociales différentes, de cultures différentes, de couleurs différentes ».
 
« Je me vois peu, mais je ne me vois pas Noir. En tout cas, je ne me qualifie pas comme tel, en général. Je suis d'abord un homme, un fils, un frère, un mari et un père, un citoyen, un journaliste, un passionné et oui, oui, c'est vrai, je suis noir. La République, son slogan et ses lois parviennent, la plupart du temps, à me le faire oublier », explique-t-il sur le site Internet du quotidien Le Monde.

 

Me voilà ramené à ma condition nègre. Me voilà attablé avec d'autres Noirs parce qu'ils sont noirs. Et me voilà en train de m'offusquer d'une idiotie qui ne m'atteignait guère : le racisme. » (Harry Roselmack)

 








« Et voilà qu'une minorité grandissante qui se présente comme gardienne ou salvatrice de cette République française vient briser cette prouesse cocardière », poursuit-il en faisant référence au Front national. « Me voilà ramené à ma condition nègre. Me voilà attablé avec d'autres Noirs parce qu'ils sont noirs. Et me voilà en train de m'offusquer d'une idiotie qui ne m'atteignait guère : le racisme. »
 
Pour Harry Roselmack, le pseudo « dérapage » de la candidate FN Anne-Sophie Leclere (comparant Christiane Taubira à une guenon) a finalement constitué un révélateur. « Parce qu'il n'est pas qu'un dérapage, il est l'expression, peu reluisante, d'une vision du monde partagée au sein du Front national. S'il est faux de dire que tous les électeurs et militants du FN sont racistes, il était tout aussi faux de dire qu'il n'y a pas de racisme dans ce parti. La xénophobie, le racisme en constituent même le ciment essentiel. Et il n'est pas inutile que son vernis républicain, grossier maquillage dont Marine Le Pen le badigeonne consciencieusement, s'écaille de temps en temps », martèle le présentateur.
 
« Ce qui me chagrine » enchaîne-t-il, « c'est le fond de racisme qui résiste au temps et aux mots d'ordre, pas seulement au sein du FN, mais au plus profond de la société française. C'est un héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation. »
 
Lire l’intégralité de la tribune d’Harry Roselmack sur le site du Monde
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live