Martiniquaise voilée de Trappes: jugement rendu le 8 janvier

religion
procès trappes martiniquaise voilée
Seul Michael Khiri, le mari de la Martiniquaise voilée, était présent ce matin ©THOMAS SAMSON / AFP
ce mercredi matin avait lieu à Versailles le procès de Cassandra Belin, jeune Martiniquaise de 20 ans, qui réside à Trappes. Convertie à l'islam, elle porte le voile intégral. En juillet dernier, son contrôle d'identité avait dégénéré. Le procès a viré au débat sur la loi interdisant le voile. 
Ce matin, devant le tribunal correctionnel de Versailles, Cassandra Belin, pourtant au coeur de l'affaire, était absente. Seul son mari était présent. Il a expliqué l'absence de son épouse à Cyriaque Sommier, de Radio Outre-mer 1ère.
Ecoutez Michael Khiri

mari cassandra Belin


L'avocat de la jeune Martiniquaise convertie à l'islam à l'âge de 15 ans, Philippe Bataille, a également justifié cette absence : "Elle ne veut pas être perçue à tort comme le symbole d'une supposée islamisation rampante". La jeune femme est jugée pour "outrage et port du voile intégral". 

Rappel des faits

Le 18 juillet dernier, en plein ramadan, Cassandra Belin rentre à son domicile en compagnie de son bébé, son mari et de sa mère lorsque trois policiers 
souhaitent effectuer un contrôle d'identité. La mère de la jeune femme s'interpose et la discussion dégénère rapidement. Cassandra Belin reconnaît avoir dit à l'un des trois policiers "Ferme ta gueule", mais elle nie avoir lancé "Allah va t'exterminer". A l'issue de ce contrôle mouvementé, le mari de la Martiniquaise, Michael Khiri, est placé en garde à vue. Dés le lendemain, la nouvelle circule, et le commissariat de Trappes est pris d'assaut par une foule en colère. Les émeutes dureront trois nuits avant le retour au calme. 

Le mari déjà condamné mais une enquête est ouverte sur les policiers

Jugé il y a quelques semaines, Michael Khiri a été condamné à trois mois de prison avec sursis. Mais depuis, le parquet de Versailles a ouvert une informations judiciaires contre l'un des trois policiers ayant participé au contrôle d'identité. Sur sa page Facebook, ce fonctionnaire de police avait publié plusieurs photos ou propos dénigrant les femmes musulmanes. Ce qui fait dire à Philippe Bataille, l'avocat de Cassandra Belin, que le contrôle ne pouvait donc se dérouler sereinement.
Ecoutez Me Philippe Bataille

Philippe Bataille / avocat Cassandra Belin


Question Prioritaire de Constitutionnalité

L'avocat de la jeune femme a déposé une Question prioritaire de Constitutionnalité contre la loi interdisant le port du voile intégral. Cette procédure en vigueur depuis avril 2011 oblige le tribunal à se prononcer sur la conformité du texte avec la constitution de la Vème République. La loi interdisant le port du voile intégral dans l'espace public est entrée en vigueur en octobre 2010, après trois ans de débats passionnés. Selon l'avocat des trois policiers, Me Thibault de Montbrial, la défense tente de transformer cette "petite" affaire en un procès politique.
Ecoutez l'avocat des policiers

Avocat policiers Trappes


Jugement le 8 janvier

Dans ce dossier, le ministère public a évoqué la "nécessité de restaurer le rapport entre police et population". Il a requis 500 euros d'amende pour l'outrage et 150 euros pour le port du niqab.  Le tribunal correctionnel rendra son jugement le 8 janvier.