publicité

Jean-Jacques Lebreton, le maire réunionnais de Saint-Meslin-du-Bosc, en Normandie

Suite de nos portraits d'ultramarins engagés dans la campagne des municipales 2014. Rencontre aujourd'hui avec le seul maire réunionnais de métropole. Jean-Jacques Lebreton est le premier magistrat de Saint-Meslin-du-Bosc, un village normand de 270 habitants. Il se représente en mars prochain.

Jean-Jacques Lebreton, devant sa mairie © DP
© DP Jean-Jacques Lebreton, devant sa mairie
  • Par David Ponchelet
  • Publié le , mis à jour le
Saint-Meslin-du-Bosc est un paisible village normand perdu dans la campagne, au milieu des champs. Le principal risque, pour les 270 habitants, est de devoir freiner précipitamment pour laisser traverser un coq égaré, quelques chèvres ou un troupeau de moutons. Pourtant, lors du premier tour de la présidentielle de 2012, les 190 électeurs de la commune ont voté majoritairement pour Marine Le Pen. 

L'insécurité...à la télé!

L'air débonnaire, la voix posée, Jean-Jacques Lebreton, maire de la commune depuis 2004, qui a apporté son parrainage à François Hollande à la présidentielle, se souvient comme si c'était hier de cette soirée d'avril 2012. Pourtant, explique-t-il, il n'y a pas d'insécurité à Saint-Meslin et "le plus noir du village c'est moi". Alors pourquoi ce vote? "La peur de l'avenir et de l'insécurité qu'on voit à la télé. Les gens ne veulent pas que cela arrive chez eux. C'est triste mais c'est ainsi". Pourtant, même s'il explique que dans son conseil municipal qui compte onze membres, toutes les tendances politiques sont représentées, cela ne pose aucun problème: "on ne fait pas de politique, c'est l'intérêt communal qui prévaut systématiquement". 
© DP
© DP

Jean-Jacques Lebreton,  un parcours exemplaire

Aujourd'hui âgé de 54 ans, Jean-Jacques Lebreton est né au Petit Tampon, dans une famille modeste. Il a 11 frères et soeurs. En 1981, il quitte La Réunion pour Paris. Il arrive en métropole en plein mois de février, sans un sou en poche. "C'était une autre époque", confie-t-il. Il est embauché à la SNCF en 1982. Dans les années 90, ce père de trois enfants demande et obtient sa mutation en Normandie. Il a envie de grands espaces verts, "comme à La Réunion, losque j'étais enfant!". Il s'installe à Saint-Meslin en 1999 avec son épouse métropolitaine. Dès les élections municipales de 2001, il est élu adjoint au maire. En 2004, le conseil municipal le choisit pour succéder au maire, condamné en justice pour des malversations. 
Dans la salle du conseil municipal, sous le portrait du président de la République © DP
© DP Dans la salle du conseil municipal, sous le portrait du président de la République

"Maire? une drogue dure"

Assis derrière son bureau plein de dossiers, le maire admet sans faire de mystères qu'il se représentera en mars 2014. "J'aime trop ce que je fais pour arrêter, et j'ai encore trop de choses à faire pour la commune. C'est une drogue dure d'être maire. Tous les maires vous le diront: la mairie, c'est un peu la deuxième épouse", lâche-t-il en rigolant. Elu d'un village de 270 habitants, il touche une indemnité mensuelle de 578 euros. "ça me permet tout juste de compenser lorsque je prends des jours de congés sans solde à la SNCF pour travailler à la mairie. L'indemnité n'est pas importante, mais elle me suffit largement. Je suis maire par passion, pas pour l'argent!"
Il passe une vingtaine d'heures par semaine dans sa petite mairie, organise un conseil municipal par mois, célèbre les mariages, les baptêmes civils, les noces d'or: "Il n'y a pas encore eu de mariage homo à Saint-Meslin, mais si c'est le cas, je le célèbrerais avec plaisir". Selon lui, le secret d'un bon maire est d'être en permanence à l'écoute de ses administrés: "A chaque appel, même si c'est pour se faire engueuler, j'y vais. Il faut toujours répondre et être là".
Ecoutez Jean-Jacques Lebreton:

JJ Lebreton Elu de proximité

JJ Lebreton / Elu de proximité
Jean-Jacques Lebreton, devant sa mairie © DP
© DP Jean-Jacques Lebreton, devant sa mairie

Jean-Jacques Lebreton et La Réunion

Jean-Jacques Lebreton a quitté son île natale il y a 32 ans, mais il y retourne régulièrement et y reste très attaché: sa voiture est immatriculée 974:)
Saint-Meslin-du-Bosc est même jumelée avec Le Tampon. Chaque année, des jeunes Tamponnais viennent en Normandie.
Jean-Jacques Lebreton porte un regard plutôt critique sur ses confrères maires de communes réunionnaises.
Ecoutez Jean-Jacques Lebreton.

JJ Lebreton /La Réunion

Jean-Jacques Lebreton / les mairies à La Réunion
© DP
© DP

Le questionnaire de la1ere

Comme les autres candidats aux municipales rencontrés par la1ère, Jean-Jacques Lebreton répond à notre questionnaire qui permet de mieux le connaître. On y apprend entre autres que c'est La Réunion qui symbolise le mieux la France, que son modèle en politique est Manuel Valls et que son projet prioritaire pour la prochaine mandature est la construction d'un salle pour les jeunes de sa commune.
Ecoutez ses réponses:

JJ Lebreton questionnaire

Réponse au questionnaire

 

La minuscule mairie de Saint-Germain-du-Pasquier © DP
© DP La minuscule mairie de Saint-Germain-du-Pasquier


Bonus vidéo: la plus petite mairie de France!

Jean-Jacques Lebreton aime faire visiter son petit coin de Normandie. Ainsi, à quelques kilomètres de son village, se trouve Saint-Germain-de-Pasquier qui possède la particularité d'avoir la plus petite mairie de France, à peine 8m2. 
Présentation avec Jean-Jacques Lebreton:
JJ Lebreton plus petite mairie de France
 


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play