outre-mer
territoire

Municipales Outre-mer : Que retenir du premier tour ? (Synthèse)

politique
Municipales 2014, 1er tour
©Gérard Guillaume
Que faut-il retenir de ce premier tour des municipales 2014 dans les Outre-mer ? La gauche a souffert dans deux de ses bastions, la Guadeloupe et La Réunion.  Le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, perd son fief de Vieux-Habitants ! Six enseignements à retenir, par ici !

1. L'échec de Victorin Lurel

Le résultat de Vieux-Habitants en Guadeloupe, le fief historique de Victorin Lurel, est à lui seul symbolique. Certes le ministre des Outre-mer, ancien président du conseil régional de Guadeloupe, n'occupait que la 29ème et dernière place, symbolique, de la liste socialiste. Mais les 52,44% obtenus par la liste adverse sonnent comme une défaite personnelle pour le ministre. 
Vieux Habitants
©FTV

Le résultat de Vieux-Habitants est d'autant plus préoccupant pour Victorin Lurel, que sa principale adversaire de droite, l'inamovible Lucette Michaux-Chevry, 85 ans, a été réélue sans difficulté dans son fief, Basse-Terre, avec 56,3%.

2. Réunion : la gauche qui souffre, le retour des anciens ! 

Alors que plusieurs maires de droite (Thierry Robert à Saint-Leu, Michel Fontaine à Saint-Pierre, Jean-Claude Lacouture à l'Etang-Salé, Jean-Louis Lagourgue à Sainte-Marie) sont confortablement réélus, les maires sortants de gauche ont souffert.  Gilbert Annette et Huguette Bello sont en ballotages inconfortables à Saint-Denis et Saint-Paul, tandis que le Parti Communiste Réunionnais ne sort pas en tête dans son fief historique du Port. Seul le maire socialiste de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, est réélu au premier tour. A droite, le premier tour est marqué par le retour de deux anciens élus qui renaissent de leurs cendres : Jean-Paul Virapoullé, à Saint-André, manque une victoire au premier tour d'une poignée de voix, tandis qu'au Tampon, André Thien Ah Koon sort largement en tête.

3. Le Front National rate son implantation Outre-mer

Si le parti de Marine Le Pen a réussi son pari dans l'hexagone, la vague Bleu Marine n'a pas atteint les rivages ultramarins. Le FN ne présentait que sept listes pour ce premier tour. A La Réunion, les cinq listes ratent leur implantation locale avec des scores qui plafonnent à moins de 3%. En Nouvelle-Calédonie, c'est à peine mieux. En revanche à Mayotte, la candidate du FN à Mtzamboro dépasse les 12% et se maintiendra au second tour.

4. La bataille de Nouméa sera serrée

En Nouvelle-Calédonie, c'est la députée UDI Sonia Lagarde qui sort en tête du premier tour, mais rien n'est joué pour le second. Trois candidats sont en position de se maintenir, mais les alliances et les fusions possibles peuvent encore  bouleverser la donne.  

5. La prime aux sortants

Dans de nombreuses communes des Outre-mer, les maires sortants sont réélus dés ce premier tour, notamment :
  • Marie-Laure Phinéra Horth à Cayenne (Guyane)
  • Léon Bertrand à Saint Laurent du Maroni (Guyane)
  • Georges Patient à Mana (Guyane)
  • Jacques Bangou à Pointe à Pitre (Guadeloupe)
  • Gabrielle Louis-Carabin au Moule (Guadeloupe)
  • Eric Jalton aux Abymes (Guadeloupe)
  • Lucette Michaux-Chevry à Basse-Terre (Guadeloupe)
  •  Laurent Bernier au François (Guadeloupe)
  • Raymond Occolier au Vauclin (Martinique)
  • Rodolphe Désiré au Marin (Martinique)
  • Karine Claireaux à Saint-Pierre (SPM)

6. Quelques nouveaux visages

en Martinique, Didier Laguerre, du Parti Progressiste Martiniquais a réussi à conserver dans le giron du PPM la ville de Fort de France, le fief historique d'Aimé Césaire.
En Guyane, pour la première fois, une amérindienne devient maire :  Cornélie Sellali Bois-Blanc l'emporte facilement à Iracoubo avec 56,8%.
iracoubo
©ftv

Publicité