Formation professionnelle : Pascal Archimède veut enseigner les langues en musique

éducation
pascal archimède
Pascal Archimède, auteur de « Musique en formation linguistique professionnelle – Une approche innovante » ©DR
Formateur en anglais, le Guadeloupéen Pascal Archimède vient de publier "Musique en formation linguistique professionnelle - Une approche innovante", où il préconise l’utilisation de la musique dans l’apprentissage des langues. Il explique l’objectif de sa démarche à La1ere.fr.
Formateur en anglais depuis une dizaine d’années et par ailleurs titulaire d’un Master II en Sciences de l’éducation, Pascal Archimède s’est spécialisé en développement des compétences en formation d’adultes. Mais ce Guadeloupéen résidant à Paris a également enseigné l’anglais au primaire, au collège, et au lycée, de même que le français comme langue étrangère à Londres.
 
Il publie aujourd’hui « Musique en formation linguistique professionnelle – Une approche innovante » (Editions universitaires européennes), un ouvrage qui questionne l’efficacité de l’utilisation de la musique dans l’apprentissage des langues en formation professionnelle d’adultes, et plus particulièrement de l’anglais, vecteur de nombreuses musiques dans le monde.
 
« Quand il s’agit de l’initiation à l’anglais à l’école, il n’y a pas de problèmes avec la musique » explique Pascal Archimède. « Avec les adultes, c’est plus difficile, mais à mon avis on a tendance à sous-évaluer et sous-estimer la valeur pédagogique que pourrait avoir la musique en formation. Les publicitaires, au contraire, ont vu à quel point la musique pouvait être un atout pour arriver à leurs fins. »
 

Ecoute passive et active

Concrètement, l’idée est de choisir une chanson qui a un lien avec la formation professionnelle. Ensuite il y a l’écoute passive et l’écoute active. « L’écoute passive c’est faire découvrir la chanson pour créer un environnement relativement détendu et éradiquer le stress », souligne Pascal Archimède. « On met ensuite en place un certain nombre d’activités autour de la chanson afin de développer les quatre compétences linguistiques que sont : la production et la compréhension, toutes deux écrites et orales. Ces activités concernent la lecture, la parole, l’écoute et l’écriture. »
 
Un exemple d’écoute active : on donne à l’apprenant un texte lacunaire (qui comporte des trous dans les phrases) et on lui propose ensuite de compléter les mots manquants à l’aide de la chanson.
 
« Avec la musique, l’idée est de faire baisser le filtre affectif, c'est-à-dire toutes les barrières négatives que l’on se crée comme de dire "c’est trop difficile", "je ne vais pas y arriver", etc. quand il s’agit de l’apprentissage. Et bien sûr, la bonne tenue d’une séquence de formation dépend beaucoup de la relation de confiance que le formateur réussit à instaurer entre lui et stagiaires. »
 

VIDEO : Pascal Archimède présente son projet de musique en formation linguistique professionnelle.


 
Pascal Archimède, « Musique en formation linguistique professionnelle – Une approche innovante » - Editions universitaires européennes, 104 pages, juillet 2014, 32,90 euros.