outre-mer
territoire

De Véronique à la future Ariane 6, la saga des fusées

économie
Fusées
Véronique, Ariane 1 et Ariane 5 ©DR
L' Agence spatiale européenne a décidé aujourd'hui à Luxembourg de construire un nouveau lanceur Ariane 6. Il s'agit d'une décision historique. La1ere.fr en profite pour se propulser dans l'aventure spatiale française ponctuée par Véronique, Diamant, Europa et bien sûr la dynastie Ariane. 
Après la Seconde guerre mondiale, plusieurs pays européens, principalement les Français et les Britanniques, cherchent à développer des fusées. La toute première fusée-sonde française s'appelle Véronique. Les premiers tirs ont lieu à partir de 1952 depuis la base de Hammaguir en Algérie. Sa mission: explorer la haute atmosphère. Plusieurs animaux (Hector le rat, Félicette le chat) sont lancés au début des années 1960 pour des expériences médicales. Placés dans des capsules, ils sont récupérés en bonne santé après une descente en parachute.

Diamant

La France lance en 1961 un programme "Pierres précieuses" pour se doter d'un lanceur de satellites. En novembre 1965, la fusée française Diamant lance le satellite Astérix depuis Hammaguir. Elle est le fruit de la volonté du général de Gaulle d'assurer l'indépendance de la France dans le domaine spatial. Elle devient la 3e puissance spatiale, derrière les Etats-Unis et l'URSS.


Le 9 avril 1968, le premier lancement d'une fusée Véronique a lieu depuis le Centre spatial guyanais à Kourou tandis que le programme Diamant se poursuit. Le dernier lancement de Diamant se tient en 1975. Au total, douze fusées ont été lancées (trois échecs), dont les dernières depuis la base de Kourou en Guyane.
 

Le fiasco d'Europa

Dans les années 1960, l'Europe développe un projet de lanceurs spatiaux, "Europa". Dans la première version, les Britanniques apportaient le premier étage, la France le deuxième, l'Allemagne le troisième, l'Italie étant chargée de la coiffe et du satellite. "Le tout ressemblait à une mauvaise blague, laquelle faillit se conclure tragiquement lorsque la tentative de lancement la moins infructueuse se termina par un impact en baie d'Hudson, après un survol de New York en 1970", a raconté Yves Sillard, ancien directeur général du CNES, l'agence spatiale française. Compliqué et cher, Europa est un échec en raison d'un manque de coordination entre les pays et de l'absence d'un maître d'oeuvre unique. Il est abandonné en 1973.
 

Les prémices d'Ariane

Pour éviter que l'Europe ne dépende des Etats-Unis pour lancer ses satellites, le président français Georges Pompidou relance la machine en 1972 en décidant d'aller vers un nouveau lanceur de satellites, le L3S. La France veut être maître d'oeuvre du projet et accepte de financer à 60% son coût de développement, ses partenaires européens dont l'Allemagne finançant le reste. Après de longues négociations, le principe du L3S est accepté en 1973. Développé dans le cadre de l'Agence spatiale européenne (ESA), créée en 1975, il prendra par la suite le nom plus séduisant d'Ariane.
 

Ariane, 35 ans déjà

Le 24 décembre 1979, la fusée Ariane décolle de la base de Kourou, après un tir avorté quelques jours plus tôt. Ariane est au rendez-vous de l'histoire. 

L'épopée d'Ariane est ponctuée de succès commerciaux et de quelques échecs. Arianespace, la société chargée de commercialiser les lancements, est créée en 1980. Les versions d'Ariane se succèdent.

Ariane 5

Pour faire face à l'augmentation de la masse des satellites, le lanceur est entièrement refondu pour donner naissance à Ariane 5. Son premier vol en 1996 échoue. 

Six ans plus tard, une nouvelle version d'Ariane 5 essuie aussi un échec. Mais depuis, tout roule. Ariane 5 en est à son 62e succès d'affilée. A ce jour, 76  Ariane 5 ont été tirées. Au total, depuis 1979, 220 Ariane ont été tirées, avec 10 échecs. Le lanceur européen a expédié 388 satellites commerciaux ou scientifiques. Il détient actuellement 60% du marché des satellites commerciaux. "C'est un immense succès", estime Frédéric d'Allest, premier président d'Arianespace. 

Ariane 6 sur les rails !

Ce 2 décembre 2014 est un jour historique. Les ministres européens de l'Espace sont parvenus à un accord pour construire Ariane 6, une nouvelle fusée plus compétitive qui devrait voler dès 2020. L'Europe s'est engagée sur un financement de 4 milliards d'euros pour Ariane 6, une somme qui inclut la construction d'un nouveau pas de tir à Kourou en Guyane et l'évolution du petit lanceur Vega. 


Publicité