Rony Martias : "Je me suis battu pour arriver au plus haut niveau" (2/5)

cyclisme
Rony Martias
© DAMIEN MEYER / AFP. Rony Martias a couru de 2010 à 2013 avec l'équipe Sojasun.
Suite de notre série sur les cyclistes des Outre-mer. Premier coureur ultramarin à intégrer le peloton professionnel en 2003, le Guadeloupéen a vécu sa carrière comme "un rêve". Aujourd'hui assistant sportif dans l'équipe Europcar, il n'a qu'un seul regret : ne pas avoir disputé le Tour de France. 
"C'est mon père qui m'a initié, qui m'a transmis sa passion", attaque Rony Martias. Le Guadeloupéen attendra pourtant ses 12 ans pour s'inscrire en club. "À l'époque, les écoles de cyclisme étaient assez rares sur l'île", se souvient le Capesterrien, né en 1980. À sa première course, il se classe 3e. Pendant ses premières années de compétition, il ne quitte pas les podiums. À 16 ans, il intègre logiquement la section sport-étude cyclisme d'un lycée des Abymes où il rencontre Yohann Gène. Les deux jeunes hommes deviennent très vite de proches amis, "après avoir été rivaux".
 
Rony veut courir en métropole. Des stages en Vendée avec l'équipe de France junior et quelques courses nationales le confortent dans cette idée. "Je sentais que si je voulais progresser, il fallait partir", explique-t-il. "J'aurais pu rester un bon coureur local en senior, mais ça ne m'intéressait pas".
 

Premier ultramarin à passer professionnel

rony 2
© JACK GUEZ / AFP Rony Martias entame sa deuxième année chez les professionnels en 2005, au sein de l'équipe Bouygues Télécom
En 1998, Rony Martias tape dans l'œil de Jean-René Bernaudeau, ancien coureur qui cherche à monter une équipe professionnelle. Désireux de faire progresser le cyclisme sur une île qu'il affectionne particulièrement, le Vendéen vient superviser Yohann Gene. "Et il est reparti avec deux coureurs", sourit le Guadeloupéen qui fête alors ses 18 ans.
 
S'ensuivent quatre années au Vendée U, réserve d'une équipe professionnelle et vivier de jeunes talents.  Les débuts sont difficiles. Le climat, l'éloignement des siens le laissent morose. Heureusement, Yohann Gène est là. "On est comme des frères. Tout seul, j'aurais eu plus de mal. Il n'y avait pas encore internet, on appelait nos parents depuis les cabines téléphoniques. Ce n'était pas aussi facile de maintenir le contact qu'aujourd'hui", confie-t-il. Sur les routes hexagonales, si la concurrence est rude au niveau amateur, Rony ne compte pas ses efforts. Baroudeur infatigable, il est offensif sur toutes les courses, pour "prouver" qu'il peut passer professionnel. En août 2003, après un stage, Bernaudeau réalise son rêve. Il devient le premier coureur ultramarin à passer pro.
 

Equipier modèle

Toute sa carrière, il est entièrement dévoué au service de ses leaders, de Thomas Voeckler à Pierrick Fédrigo chez Bouygues Télécom (aujourd'hui Europcar) à Jérôme Coppel chez Sojasun, équipe qu'il intègre de 2010 à 2013, année de sa retraite. Il remporte quelques victoires, notamment en 2008, sa meilleure saison. Il lève les bras sur le Tour de Côte d'Ivoire, la Tropicale Amissa Bongo au Gabon.

Au long de ses dix ans au plus haut niveau, Rony Martias ne compte pas ses efforts pour les autres. Dur au mal, il n'a de cesse "d'aider les autres", parfois peut-être un peu trop. "Je me suis mis dans la peau d'un coéquipier et je n'ai pas assez cru ni pensé à moi. Je ne peux m'en prendre qu'à moi-même", lâche-t-il.

Le Tour de France : un rêve inaccompli

Son plus grand regret, ne jamais avoir disputé le Tour de France.  L'année 2013, pour sa 10e année dans le peloton international, Rony Martias donne tout pour participer à la Grande Boucle, son rêve de gosse, pour laquelle il est présélectionné. Mais un terrible drame vient casser sa dynamique. Alors qu'il roule à vélo, son père est fauché par une voiture et trouve la mort. "Participer au Tour aurait été le plus bel hommage que j'aurais pu lui faire. Mentalement, j'étais prêt, mais je n'ai pas été pris. J'en ai pleuré", s'étrangle-t-il. Nouveau coup dur en août : "J'ai appris que mon équipe, Sojasun, arrêtait. Je n'avais plus le courage de continuer. C'était trop en quelques mois", soupire Rony Martias qui se voyait pourtant poursuivre deux ou trois ans.
 
L'homme se sent seul, harassé par le deuil. "J'ai très mal vécu cette période de doutes", confie-t-il. Il ne se sent pas soutenu, ni en Guadeloupe ni dans l'hexagone. C'est une nouvelle fois Jean-René Bernaudeau qui vient le tirer de cette mauvaise passe et lui propose de devenir assistant sportif chez Europcar. Il accepte. "Je lui suis reconnaissant, il m'a permis de remonter la pente et de rester dans ce milieu que j'adore", admet-il.
 
Depuis, Rony Martias a retrouvé ce grand sourire qui le caractérise. "Je prends du plaisir, Je vis toujours des moments intenses", jure-t-il. "Il faut toujours se battre pour ce qui nous tient à cœur et nous passionne", conclut le Guadeloupéen.