outre-mer
territoire

Bernard Cazeneuve appelle les Guyanais "à la raison et à la levée des barrages"

social
guyane
Bernard Cazeneuve, le Premier ministre, entouré des ministres. ©Serge Massau
Après une réunion ministérielle, Bernard Cazeneuve s'est exprimé depuis Matignon sur la Guyane. Il rejette le plan d'aide de 2,5 milliards demandé par les collectifs. Il appelle à "la raison et la levée des barrages". Le Premier ministre a énuméré les mesures prévues dans le plan d'urgence.
Sur un ton solennel, entouré d'une douzaine de ministres, Bernard Cazeneuve a pris la parole ce lundi après une réunion ministérielle d'un peu plus d'une heure sur la situation en Guyane. Le Premier ministre a rappelé à quel point le département a bénéficié d'augmentations de crédits. Il a salué la méthode et le plan d'urgence de 25 mesures mis au point par les deux ministres, Ericka Bareigts et Mattias Fekl, dans la nuit de samedi à dimanche.

Bernard Cazeneuve rejette clairement la demande des collectifs d'un plan d'aide de 2,5 milliards d'euros. "J'en appelle encore une fois à la raison et à la levée des barrages", a déclaré le Premier ministre. 

Des accords ont été trouvés

Des accords ont été trouvés avec les représentants de la Guyane prévoyant notamment un renforcement de la sécurité, a annoncé le Premier ministre, Bernard Cazeneuve. "J'entends dire que ces négociations auraient échoué, je veux sur ce point faire une mise au point précise", a-t-il déclaré. "Au cours de la nuit de samedi à dimanche en guyane pas moins de 11 accords ont pu être trouvés sur des sujets essentiels comme la sécurité et la justice, la pêche les transports le batiment, les travaux publics, le tourisme les mines le dvpt de l'agriculture, l'énergie...", a-t-il ajouté. 

Le plan d'urgence

Dans sa déclaration, Bernard Cazeneuve a rappelé le plan d'urgence prévu par le gouvernement. Il a commencé par énumérer les mesures concernant la sécurité avec l'arrivée de policiers et gendarmes supplémentaires, la construction du centre pénitentiaire et d'un tribunal de Grande instance à Saint-Laurent du Maroni, la construction d'une cité judiciaire à Cayenne, ainsi que la mise en place d'un centre d'hébergement pour les femmes victimes de violence dès 2017.

En matière de santé, Bernard Cazeneuve a rappelé qu'une enveloppe de 85 millions serait allouée immédiatement pour les centres hospitaliers de Cayenne et de l'Ouest Guyanais. Un effort sera également fait en matière d'éducation comme l'avait déjà annoncé Ericka Bareigts. Foncier, pêche, agriculture, aide aux collectivités : le Premier ministre a également repris l'ensemble des mesures du plan d'urgence présenté à Cayenne par la ministre des Outre-mer. (Retrouvez ces mesures dans notre article ici).

Le conseil des ministres

Selon Bernard Cazeneuve, la priorité est désormais de "graver dans le marbre ce qui a été négocié et acté, faute de quoi tout ce travail risque d'être perdu". Le Premier ministre annonce que "ces avancées seront actées en conseil des ministres, ce mercredi, sous l'autorité du président de la République, François Hollande". "Jamais un gouvernement ne s'est autant rendu disponible pour la Guyane", a-t-il ajouté avant d'appeler l'ensemble des "partenaires à poursuivre le dialogue pour bâtir ensemble l'avenir de la Guyane". 


L'intégralité de la déclaration à voir ici : 


Le détail du plan d'urgence ici 



Publicité