outre-mer
territoire

Un Blackface dans l'émission "7 à 8" fait polémique

polémique
Tweet Raissa
©Capture d'écran twitter @r13nho
Depuis la diffusion dimanche d'un témoignage dans l’émission "7 à 8" sur TF1, de nombreux internautes réagissent sur la toile. Comment, en 2020, une jeune fille qui témoigne de son passé de prostituée peut-elle être grimée en noir avec une perruque frisée ?
 
Dans le portrait de la semaine de l’émission "7 à 8" diffusé dimanche 16 février, TF1 proposait le témoignage d’une jeune fille appelée Nina. Avec son père, elle parle des années durant lesquelles elle s’est prostituée à l’âge de 15 ans. Pour en parler à visage découvert, elle est grimée en noir et porte une perruque. Pourquoi ce procédé ?
 

Les explications de la production

Appelé par Outre-mer la 1ère, et après l’envoi de mails comportant de nombreuses questions, la réponse se fait par le biais d’un communiqué laconique de la production de "7 à 8", Eléphant & Cie.

La priorité de la production a été de préserver et protéger l’anonymat du témoin. 7 à 8 ne floute jamais la partie portrait de l’émission. Personne ne peut dire aujourd’hui qu’elle est l’origine de cette personne et c’est ce qui importait à la production. Ce grimage avait pour unique objectif de préserver l’intérêt du témoin et en aucun cas une quelconque forme de dénigrement.
- Communiqué de presse d'Eléphant & Cie


Le présentateur et rédacteur en chef de l'émission, Harry Roselmack, lui aussi interpellé sur Twitter fustige cette polémique et explique la démarche des équipes afin de préserver l'anonymat de "Nina". 

Nous ne sommes pas en l’espèce dans le déguisement. Nous ne sommes pas dans une démarche d’agrément, de divertissement, de moquerie, de stigmatisation. C’est un maquillage destiné à préserver au mieux l’anonymat d’une personne mineure qui témoigne d’un vécu qui pourrait lui porter préjudice si elle y est associée dans son quotidien. Nous ne sommes donc pas dans une démarche constitutive d’un blackface.
- Harry Roselmack 


Le journaliste, dans sa tribune que vous pourrez lire à la fin de cet article, précise qu'il est arrivé aussi "d'éclaircir une femme noire pour lui permettre de témoigner dans notre Portrait de la semaine. Doit-on y voir un procédé raciste ?", interroge t-il. 
 

Pas convaincus

De nombreux internautes s’interrogent sur cette pratique afin de préserver l’anonymat de cette jeune fille.
D'autres internautes alertent le CSA. 


Qu'est-ce que le blackface? 

C'est une pratique qui consiste pour une personne blanche à se maquiller en noir. Elle a fait son apparition au théâtre américain au XIXè siècle et a pris de l'ampleur. Elle est qualifiée de pratique raciste et suscite régulièrement l'indignation. Saisi dans une affaire de blackface en 2017, le défenseur des droits avait par ailleurs précisé que "nul n’ignore que le fait de se grimer en noir renvoie à une vision péjorative et humiliante des personnes noires"

La tribune d'Harry Roselmack