outre-mer
territoire

La chronique de Guillaume Meurice sur les requins divise les Réunionnais

requins
Guillaume Meurice
L'humoriste Guillaume Meurice ne s'est pas fait que des amis à La Réunion avec sa chronique sur les requins. ©Lionel BONAVENTURE / AFP
L'humoriste, réputé pour évoquer sans tabou les sujets les plus sensibles, est actuellement au coeur d'une polémique à La Réunion. Sa dernière chronique humoristique, évoquant les attaques de requins sur les surfeurs, ne passe pas auprès de tout le monde. 
Depuis quelques jours, l'humoriste est à La Réunion, à l'occasion du festival Komidi pour lequel il joue son one-man show "Que demande le peuple ?". En parallèle, Guillaume Meurice continue ses chroniques radio pour l'émission "Par Jupiter" sur France Inter.

Après avoir égratigné le député Thierry Robert, et évoqué la route du littoral, le chroniqueur s'est attaqué ce jeudi à un sujet pour le moins sensible : la crise requin. Dans ce sketch, le collègue de Charline Vanhoenacker tourne en dérision la relation conflictueuse entre les Réunionnais et les requins :
 

"Il y a quelques surfeurs qui se sont fait becqueter. Alors évidemment, la question qui se pose, c'est : est-ce que c'est bien judicieux de venir faire du surf dans le restaurant du requin. Est-ce que lui même vient surfer sur ta pizza à l'ananas ?


Comme pour chaque chronique, Guillaume Meurice a intégré dans son sujet des témoignages d'habitants. Des déclarations virulentes contre les requins ("il faut les torturer, il faut tous les n*quer les requins") évoquant -entre autres- l'utilisation de chiens pour appâter les requins lors de la pêche à la drumline
 

Des proches de victimes choqués par la chronique

Avec cette chronique sur les requins, Guillaume Meurice ne s'est pas fait que des amis. Avant même la rédaction de son sketch, l'humoriste avait prévenu qu'il aborderait la question des attaques de requins à La Réunion.

Le Collectif des familles et proches des victimes de la crise requin lui avait alors adressé une lettre ouverte lui proposant notamment de rencontrer Corinne Dubosc, la mère d'un surfeur mortellement blessé par un squale en 2017. Une proposition restée sans réponse. 

Jointe ce vendredi, Mme Dubosc a fait part de son agacement :
 

"Mon fils est mort il y a un an, le 29 avril dernier, et cette chronique arrive au mauvais moment. Guillaume Meurice m'a profondément déçue parce qu'il est resté dans l'amalgame et n'a rien compris à la spécificité de notre île, à ce que l'on revendiquait et ce qu'on a envie qu'il se passe chez nous : revivre sur une île avec un océan ouvert. Je pense qu'il est très mal informé et qu'il n'a pris le temps de s'entourer des bonnes personnes. Il emploie également des termes incroyables en parlant de nos enfants qui ont été "becquetés", il ressort des clichés vis à vis des requins qui ont été pêchés avec des chiens morts. Il faut qu'il comprenne qu'on ne veut pas détruire l' écosystème marin, mais au contraire retrouver un équilibre marin."

 

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la chronique de Guillaume Meurice : 


Une chronique encensée par les anti-pêche

Si Guillaume Meurice compte désormais des détracteurs sur l'île, les "anti-pêche" se sont en revanche montrés élogieux à son égard. Peu après la mise en ligne du sketch, la page facebook "Contre la pêche des requins à La Réunion", qui compte près de 15 000 likes, a remercié l'humoriste pour sa chronique. Nous nous sommes entretenus avec l'administratrice de la page, qui a tenu à conserver l'anonymat.

La chronique de Meurice a cela de bénéfique qu'elle permet d'ouvrir tout ce scandale requin à la Métropole, chose qu'on ne peut plus faire car nous sommes obligés de nous cacher. Toute une propagande a été faite sur cette pêche au requin, les gens ne sont même pas capables de l'expliquer. On entend parler de surpopulation de requins, ce qui est faux, aucune étude ne pouvant l'affirmer. Concernant l'utilisation de chiens errants, il faut reconnaître que c'est une pratique qui a existé, et qui existe encore. Cela ne sert à rien d'attirer les requins et de les pêcher, il faut privilégier d'autres solutions : mettre l'accent sur la prévention, utiliser des filets de protection et mettre en place des vigies, mieux traiter les eaux de pluie et eaux usées rejetées à la mer comme c'est le cas à Saint-Leu ...


De vives réactions sur les réseaux sociaux 

Le podcast de la chronique, publié sur le compte facebook de Guillaume Meurice, a suscité de vives réactions. Invectives, insultes, et joutes verbales entre pro-requins et pro-pêche émaillent la publication.
 
Capture d'écran 1 Meurice clash internautes
Capture d'écran de commentaires sur la publication facebook du podcast ©Facebook
Capture d'écran 2 Meurice clash internautes
Capture d'écran de commentaires sur la publication facebook du podcast ©Facebook
Publicité