En Finlande comme en Nouvelle-Calédonie, les défis du nickel sont presque les mêmes

nickel
NICKEL
Usine de nickel de la transition énergétique en Finlande ©Alain Jeannin

La Finlande est le pays minier européen le plus actif. Comme la Nouvelle-Calédonie avec l’usine du Sud, elle veut conquérir une part du marché lucratif des batteries pour les véhicules électriques, mais la concurrence mondiale est intense et les risques environnementaux bien présents.

Au bord de la faillite, nationalisée en 2015 et sauvée par le gouvernement finlandais, puis cédée à un consortium majoritairement local intégrant le négociant suisse Trafigura, la mine de Terrafame et son usine du Nord veulent désormais conquérir le marché des batteries. Le négociant suisse Trafigura a investi près de 75 millions d’euros, sur un total de 250 millions d’euros, dans le projet industriel et minier de Sotkamo-Terrafame qui réunit un consortium majoritairement finlandais. Un schéma assez comparable est proposé en Nouvelle-Calédonie pour le rachat contesté de l’usine du Sud.

NICKEL
De la poudre de nickel pour les batteries électriques; L'usine du Sud en produit aussi. ©Alain Jeannin

L'incessant ballet de camions chargés de minerais tranche avec la quiétude du paysage lunaire: à quelque 300 kilomètres du cercle polaire, la mine de Sotkamo-Terrafame, en Finlande, constitue la plus grande source de nickel d'Europe pour les batteries des voitures électriques. Le pays nordique, qui lance actuellement un grand plan pour devenir le champion européen du secteur, est le seul pays de l'Union européenne dont les sols contiennent de façon prouvée les principaux minéraux nécessaires dans la fabrication des batteries - dont le cobalt, le lithium et le nickel.

NICKEL
Mine de nickel de Terrafame-Sotkamo en Finlande ©Allesandro Rampazzo AFP

Sur le site de 60 km2 dans le centre du pays, la roche récupérée est concassée avant d'être entassée et alimentée en oxygène et en eau pour extraire les minéraux essentiels aux batteries. "Plus de 50% de notre chiffre d'affaires provient de la filière des véhicules électriques", explique à l'AFP Joni Lukkaroinen, PDG de Terrafame, gérant de la mine.

NICKEL
Jori Lukkaroinen PDG Terrafame-Sotkamo mine ©Allesandro Rampazzo AFP

L'Europe aussi

La Finlande entend devenir un acteur majeur d'une industrie lucrative en pleine croissance, au moment où l'Europe a lancé des grands plans pour réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine. Mais l'intensification de l'exploitation minière reste controversée dans un pays où les millions d'hectares de forêts, la faune et les étendues d'eau font partie d'un patrimoine naturel important pour la population. Vertueuses pour les émissions de CO2 une fois installées dans les véhicules, les batteries électriques ont un impact environnemental, peu visible mais trés présent en amont, pour extraire les métaux qui la composent, puis pour les traiter en fin de vie.

Aide gouvernementale

A l'heure où sept nouveaux sites d'excavation sont sur les rails, le gouvernement finlandais a promis pour 2020 une aide de 300 millions d'euros à destination du secteur.Mika Nykänen, en charge de la "stratégie batteries" du gouvernement, l'assure: l'approche du pays "sera fortement ancrée dans la durabilité et les objectifs de la politique climatique de la Finlande". Pas de quoi rassurer les militants écologistes qui craignent que le développement de l'exploitation minière ne détruise des écosystèmes sensibles. "Vous ne pouvez tout simplement pas produire ces minéraux de manière écologique", juge l'un d'eux, Antti Lankinen, devant un imposant tas de déchets rocheux aux abords de la mine.

NICKEL
Sur la plus grande mine de nickel d'Europe en Finlande (Terrafame-Sotkamo) ©Allesandro Rampazza AFP

La société Terrafame assure que, depuis son rachat de la mine il y a cinq ans, aucun problème environnemental n'a plus été constaté. Les impacts environnementaux "sont conformes à nos licences", explique son PDG. Ailleurs en Finlande, des campagnes ont été lancées contre de nouvelles extractions de minerais en Laponie et dans la région du lac de Saimaa, connu pour sa faune unique, près de la frontière russo-finlandaise. "Le lac de Saimaa est le quatrième plus grand système d'eau douce d'Europe, ce n'est pas une région appropriée" à l'extraction de minerais, juge une autre militante, Miisa Mink.

Un pays pionnier

Pourtant, les promoteurs de l'industrie des batteries insistent: la Finlande est une pionnière en matière de pratiques durables, de quoi lui donner un avantage sur ses concurrents mondiaux, à l’exception du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Calédonie. Terrafame assure que ses méthodes d'extraction des minéraux créent une empreinte carbone 60 % plus faible que les pratiques traditionnelles. En outre, les mines finlandaises sont soumises à des normes beaucoup plus strictes que celles en République démocratique du Congo, en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou aux Philippines  par exemple, où les conditions de travail bafouent régulièrement les droits sociétaux, selon les ONG.

Compétition et investissement

Plusieurs entreprises étrangères ont déjà choisi d'investir dans la filière nickel en Finlande, notamment l'Allemande BASF et la Belge Umicore. BASF envisage aussi de s’allier au français ERAMET en Indonésie. En Suède, le champion local des batteries Northvolt construit actuellement une grande usine hydro métallurgique dans le nord du pays. En 2021, le consortiumTerrafame prévoit lui d'ouvrir une grande raffinerie hydro métallurgique produisant suffisamment de sulfate de nickel pour un million de véhicules électriques, et du sulfate de cobalt pour 300.000 véhicules.

"Nous avons besoin de matériaux issus du sol, mais à l'avenir, je pense qu'une grande partie de nos matériaux proviendra du recyclage", avance Jyrki Nurmi, l'un des responsables du fabricant finlandais de technologies automobiles Valmet Automotive. "Cela prendra du temps", selon lui, "mais cela va changer". Car les mines ne sont pas éternelles...

NICKEL
Déchets électroniques à recycler pour la production de nickel chez UMICORE ©Alain Jeannin

Cours du nickel au LME de Londres le 18/12/2020 à 11:30 GMT 17.570 dollars/tonne + 0,46 %. Semaine +1,49%