Départ imminent du directeur du CHU de la Guadeloupe : Gérard Cotellon est appelé à d'autres fonctions

hôpital
Gérard Cotellon directeur du CHU GUADELOUPE
Gérard Cotellon, directeur du CHU Guadeloupe : « Pour avoir travailler en Cardiologie, c’est un dispositif novateur et ça marche ne serait ce que pour donner l’alerte »
Gérard Cotellon serait en partance pour La Réunion, où il devrait assumer le poste de directeur général de l'ARS. Sa nomination devrait être rendue officielle, mercredi, en Conseil des ministres. Le Guadeloupéen aura passé un peu moins de 4 ans à la direction générale du CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes.

L’information n’est pas encore officielle, mais nous a été confirmée de sources concordantes : Gérard Cotellon quitte ses fonctions de directeur général du Centre hospitalier universitaire de la Guadeloupe (CHUG).
C’est donc en toute discrétion que ce Guadeloupéen s’en va, appelé à d’autres responsabilités. Il devrait très prochainement occuper le poste de directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de La Réunion. Sa nomination doit être confirmée, mercredi, lors du Conseil des ministres.  

L'envie d'œuvrer pour son pays

C’est en août 2018, que Gérard Cotellon a été nommé dans son archipel natal, après avoir été responsable des ressources humaines des Hôpitaux de Paris. A l’époque, sa venue était saluée par les élus locaux et les syndicats des personnels du CHUG.  

A LIRE AUSSI : Gérard Cotellon nouveau directeur du CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes   

En connaissance de cause, il a accepté cette nouvelle mission : il se disait prêt à relever le défi d’assurer la longue période de transition, entre le passage de l’actuelle infrastructure vétuste, impactée par un incendie fin 2017, à Pointe-à-Pitre, aux nouveaux locaux flambants neufs et dernier cri de Dothémare, aux Abymes, opérationnels d’ici octobre 2023.  

A LIRE AUSSI : Gérard Cotellon prêt pour tous les challenges que l'on attend de lui   

Le cauchemar de la crise Covid

Mais d’autres difficultés se sont ajoutées, entre-temps, liées à la crise Covid : celle-ci a révélé un peu plus le manque de moyens humains et matériels. Durant cette funeste période, la mortalité hospitalière est montée en flèche.  

A LIRE AUSSI : Les morts s'entassent à la morgue du CHU

Et, la loi sur l’obligation vaccinale des personnels hospitaliers a provoqué un affrontement sans précédent, entre la direction de l’hôpital et les syndicats, en particulier avec l’UTS-UGTG.
Une partie des salariés refusant de se faire vacciner contre la Covid-19 a été suspendue, conformément à la loi, que le directeur général, en haut fonctionnaire à la droiture indéniable, a appliquée à la lettre.  

A LIRE AUSSI : Crise Covid : le directeur du CHU de la Guadeloupe, Gérard Cotellon, met les points sur les i

Les personnes suspendues, elles, qualifient la sanction d'acte violent et injuste, envers des professionnels "qui n'ont commis aucune faute".
Ce conflit social, toujours en cours à ce jour, a connu son apogée lorsque Gérard Cotellon a été agressé, à la sortie de son bureau, après avoir été séquestré une bonne partie de la journée.  

A LIRE AUSSI : Le CHU de la Guadeloupe dénonce la violente agression de son directeur, Gérard Cotellon   

L’homme n’a pas souhaité s’exprimer officiellement, quant à son départ. Sans doute attend-il que sa nouvelle affectation soit officielle.