Deuxième jour de visite de la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili entre Montsinéry-Tonnégrande et Cayenne

gouvernement
Visite de Barbara Pompili qui découvre à Montsinéry le projet  AmazonActive mené par Mariana Royer fondatrice de Biostratège.
Visite de Barbara Pompili qui découvre à Montsinéry le projet AmazonActive mené par Mariana Royer fondatrice de Biostratège. ©Patrick Clarke
Pour sa deuxième journée en Guyane, Barbara Pompili, ministre de la Transition Ecologique, s’est rendue à Montsinéry-Tonnégrande. Il s’agissait de découvrir les projets communaux dans le cadre de la sauvegarde et de la protection de l’environnement, le projet d’implantation de Amazonie Activ Valley et les entreprises Bio stratège et Yana Wassaï. L'après-midi étant consacré au doublement du pont du Larivot sur la rivière de Cayenne.

Arrivée le 29 janvier en Guyane pour une visite de 5 jours, la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili a rencontré dès sa descente d’avion, le président de la collectivité, Gabriel Serville. Les échanges ont porté sur la problématique du carburant, la construction de la centrale électrique à Saint-Laurent dont l’implantation pose problème à une partie de la communauté amérindienne. Il a aussi été question de la construction de la centrale électrique du Larivot sous le coup d’une décision de justice. Sur ce point la ministre a réaffirmé son soutien entier pour que le chantier de cette centrale redémarre dans les meilleurs délais.

Montsinéry et son économie verte

Ce matin, la ministre s’est donc rendue à Montsinéry afin de se rendre compte de l’avancée des projets communaux et d’entrepreneurs guyanais. Les PDG de Bio Stratège, Mariana Royer, de Yana Wassaï, Dave Drelin ont pu valoriser leur engagement dans un secteur commercial qui utilise la richesse de la biodiversité guyanaise dans le respect des principes d’une économie verte. La ministre n’a pas manqué de rappeler que le gouvernement était engagé derrière ces initiatives qui participent au développement économique du territoire :

« Il ne faut plus opposer la préservation de la biodiversité et le développement économique d’un territoire avec tout ce que cela peut entraîner, des emplois, des perspectives d’avenir et des productions locales qui vont rapporter des revenus … ».

Barbara Pompili a aussi rappelé que France relance avait permis d’aider de tels projets et de faire venir des financeurs privés. 118 millions d’euros ont été versés à la Guyane dont 100 millions consacrés à des projets qui couvrent la transition écologique en général. Elle a insisté sur la volonté gouvernementale de donner de l’attractivité au territoire.

La ministre Barbara Pompili sur le rivière Montsinéry
La ministre Barbara Pompili sur le rivière Montsinéry ©Patrick Clarke

Le pont du Larivot, une antienne qui doit aboutir

Dans l’après-midi, Barbara Pompili s’est rendue au pont du Larivot. Une superstructure vieillissante dont le remplacement est à l’ordre du jour depuis plus d’une décennie. Le projet finalement adopté est celui du doublement de ce pont à côté duquel sera édifié un ouvrage d’art semblable. La ministre a donc découvert, ce projet qui ne fait pas l’unanimité auprès des élus et de la population.

Barbara Pompili examine le projet du prochain pont du Larivot
Barbara Pompili examine le projet du prochain pont du Larivot ©Patrick Clarke

Ce lundi, la ministre et sa délégation, se rendront dans l’ouest guyanais, à Maripasoula et Papaïchton. Avec les élus, barbara Pompili abordera, notamment, la gestion des déchets, la politique touristique et le fléau de l’orpaillage clandestin.