Handball, Malou Sadar, supporter " Bleu et fier"

handball réunion saint-denis
Handball Euro 2022
Malou Sadar au coeur du Dôme de Budapest avec Thomas Kieffer ©DR Malou Sadar
A 67 ans il sillone l'Europe et le monde derrière l 'équipe de France de Handball. Pourtant Malou, cent pour cent Dyonisien, est avant tout un grand dirigeant du basket Réunionnais. Il est devenu une des figures du groupe des supporters "Tous hand bleu". Son rêve, encourager les bleus à Paris 2024.

Malou on ne peut pas le rater. D’abord on le voit sur les écrans de télévision car les réalisateurs qui ont l’œil repèrent vite ce supporter vêtu de bleu blanc rouge. Invariablement il déploie son aussi son drapeau tricolore avec « 974 Réunion » inscrit en toutes lettres.
On le voit dans le Dôme de Budapest mais aussi déambuler tranquille en espadrilles dans la capitale Hongroise, avec son pull bleu blanc rouge "tricoté main"

« Mon premier tricot m’avait été offert par mon docteur traitant à la Réunion Jean Pierre Ah Shing, et Anne Montaut une supportrice du club Tous Hand Bleu rencontrée avec son mari à Malmö il y a deux ans m’en a tricoté trois et me les a donnés cette année »

Voilà pour le repère.
Mais on le voit aussi en photo avec les joueurs ou sur les réseaux sociaux. Un peu comme une mascotte, en fait un supporter pas comme les autres.
Comment a-t-il plongé dans le handball, lui qui n’y était pas prédestiné ? Une sacrée histoire  

Du Basket-Ball au Handball

« J’étais footballeur quand j’étais petit, mais il y avait aussi un club de basket à Saint-Denis-de-la-Réunion, la jeunesse franco musulmane. Le responsable, Khader Akhoun, est venu me demander de m’occuper de jeunes filles musulmanes pour leur enseigner le sport, et je me suis retrouvé embarqué dans cette aventure du basket.
Je me suis formé, entraîneur jeunes, en suivant les formations de la Ligue. Pendant 20 ans je n’ai jamais perdu un match en mini basket »

Sa réputation de porte bonheur vient peut-être de là. Depuis sa retraite il se met un point d’honneur de pouvoir suivre les Basketteurs de l'équipe de France mais aussi et surtout les Experts. En Croatie, en Suède, en Espagne, en Pologne, et même au Qatar lors du titre mondial en 2015.

« J’ai économisé pendant toute ma carrière pour m’offrir ces voyages, car j’adore ça. J’en faisais déjà avec ma carrière d’enseignant et aussi des voyages sportifs avec les jeunes basketteurs de la Réunion.
J’ai eu le privilège de partir à la retraite à 55 ans. Je frôle les 40 ans de carrière, j’ai déjà eu la médaille d’or de la fédération française de Basket Ball, je rêve d’avoir le coq d’or de la fédération ».

Malou est toujours bénévole au sein du Basket Club Dionysien, dont il est le 1er vice-président, il s’occupe de l’école de basket du BCD, « une cinquantaine de marmailles, avec  beaucoup plus garçons que de filles, le basket c’est ma vie »
Depuis 2009, il intervient à l’école des Camélias à Saint-Denis tous les mardis et jeudi matins. Il a obtenu le trophée du bénévolat de la ville, ce dont il n’est pas peu fier.

Malou Sadar
Avec les gamins de l'école de Basket du BCD, Malou s'accomplit dans son travail de bénévole ©DR Malou Sadar

 

Le handball est arrivé dans ma vie car je suivais le club de Joinville, plusieurs fois champion de la Réunion. Mes copains d’enfance y jouaient, et tout s’est enchaîné, je voulais voir une compétition de handball de haut niveau car ça m’intéressait.

Malou Sadar, supporter Réunionnais

 

Les JO 2024 en objectif

Les Jeux olympiques de Paris, c’est le futur pari de Malou, il y aura des sportifs Réunionnais dans les sports collectifs, et peut-être d’autres. Notre globe-trotter a déjà une petite idée en tête, même si aller sur un site des Jeux Olympiques n’est pas simple pour lui dans un premier temps

« Les sites olympiques c’est trop long et compliqué vu mon état physique. Mais je viendrai à Paris 2024 car le handball se jouera à Lille. Je viendrai suivre aussi le basket, filles et garçons pour Paris 2024.
Voir les copains de la Réunion  qui vivent en France pour les JO ce sera un beau voyage car il y aura pas mal de réunionnais qui viendront »

Pour ancrer encore plus sa passion Malou est adhérent au club France des supporters, mais il vient aussi de s’inscrire au kop « tous hand bleu ». 130 supporters Français qui essaient de donner de la voix face aux armadas Nordiques, entre Suédois et Danois.

Malou Sadar
Le groupe "Tous Hand Bleu" à Budapest, est prêt pour Paris 2024 ©FFH

Malou tout le monde le cherche, même des gens ne le connaissent pas.
Anecdote justement, dans le groupe de « Tous Hand Bleu » Jean Christophe, de Pornic, présent la premiere semaine mais rentré en France depuis lui a avoué que ses enfants  « cherchaient Malou à la télévision » 

Quand les gens le croisent dans la rue certains le reconnaissent.

« Il y a un supporter Allemand que je croise tous les ans, il ne vient que pour les demi-finales quelque soient les équipes et même si l’Allemagne n’y est pas. Il me tape dans le dos en me disant Hé 974. Je l’avais rencontré à Cracovie en 2016 lors de l 'Euro. A chaque fois il me disait venir voir les 4 meilleures équipes du tournoi et se régaler."
 

La France est la cible de toutes les nations, on est envié. Il faut être fier, quelque soit la couleur, même en bronze. Comme je dis toujours Inch Allah, je les suivrai jusqu’à ce que je ne puisse plus le faire. Paris ce serait un beau rêve de supporter, oui !

Malou Sadar, supporter Réunionnais

 

Sportivement Malou a tout connu des titres et des déboires, que ce soit en basket oui en handball. Mais le sourire de Malou est contagieux, et souvent lié au succès des bleus qu’il partage parfois de très près. Même si cette année la rencontre joueurs supporters n'a pas pu avoir lieu, pour des raisons sanitaires.

« En 2015 au Qatar quand on a été champions du monde, je suis revenu avec l'avion de l’équipe de France et quand on est arrivé à Orly, quand ils sont pris un chemin aménagé pour eux, j’ai suivi Guigou et Abalo. Je suis sorti avec eux face aux photographes et aux caméras.
Il y avait Jackson aussi, Ramane mon copain de la Réunion, et Bernard Gonin, on est inséparables depuis. »

Malou Sadar
En 2015 lors du titre mondial au Qatar avec son ami Ramane et Jackson Richardson ©DR Malou Sadar

 

Le cœur en 974

Malou ne cache pas que les sportifs Réunionnais sont ses préférés, il connait tout le monde partout. Les stars du handball d’abord

« Narcisse je l’ai vu débuté à Joinville, même s’il a commencé par le basket. Je connais bien sur Jackson, qui était aussi footballeur, puis basketteur avant d’être handballeur. Ca ressemble à mon parcours mais peu de gens le savent. Son demi-frère entraînait l’équipe de Saint-Pierre en handball, il a bien fait de changer de sport ».

Il a aussi beaucoup d’attaches en Normandie, où il a développé des échanges entres les équipes de jeunes de basket de la Réunion.

« Dès que je reviens de Hongrie je vais aller voir Florine Basque une jeune Réunionnaise qui joue à Mondevillle. Et puis la Normandie a un lien particulier avec moi par Ivan Mainini qui était un grand ami ». (Ex président de la fédération française de basket-ball, mort en 2018)
 

C’est la passion du sport qui me guide, quelque soit le sport. J’ai connu Tony Parker, Boris Diaw aussi quand il était le parrain d’un tournoi de basket Afrique à l’ile Maurice. Cédric Sorhaindo et Luc Abalo en Suède à Malmö m’avaient aussi remercié de les suivre.

Malou Sadar, supporter Réunionnais

 


Cette fin d’Euro ne lui donnera pas une médaille d’or, mais l’aura fait vibrer, surtout le match de mercredi dernier contre le Danemark où la France avait obtenu son ticket pour les demi-finales.

« Quelquefois ce n’est pas simple à vivre mais contre le Danemark, la pression est monté. On avait 5 buts de retard et on s’est rapprochés à deux buts, alors là le rythme cardiaque est monté, on hurlait tous quand ils égalisé ».

Handball Malou Sadar
Le Kop "Tous Hand Bleu" en action vendredi ©AFP

 

Mais le revers contre la Suède vendredi aura été difficile à avaler pour le supporter numéro 974

« C’était pire encore. Les miracles n’ont lieu qu’une fois, on a été dominés, on est déçus, mais on est prêts pour aller chercher la médaille de bronze mais je ne nous vois pas favoris car les Danois vont être revanchards. Et puis c'est plein de supporters Danois ici, ils ont envahi le marché de Budapest. Nous on est que 130, mais on fera du bruit , croyez-moi !"
Si Malou le dit...