La Fondation du Patrimoine participe à la rénovation du Toumelin, goélette emblématique de la Martinique

patrimoine
Le Toumelin
Le Toumelin ©Philippe Villard

Emblématique de la grand-voile de tradition, Le Toumelin, inscrit au titre des monuments historiques, va être complétement rénové. La Fondation du Patrimoine vient d’accorder une subvention de 150 000 euros pour ces travaux qui doivent se terminer en mai-juin 2021.

Après plus de 30 années d’exploitation et 45 ans en eau de mer pour la coque, la rénovation complète du Toumelin s’imposait. L’usure du gréement, la dégradation des bois extérieurs ne permettaient plus sa navigation en toute sécurité dans les eaux de la Martinique. Le Toumelin va donc être rénové complétement. Ces travaux supervisés par la Direction de la mer ont commencé. Ils devraient se terminer en mai-juin 2021. 

Le bateau basé au Marin servira de navire-école pour la formation des jeunes martiniquais. La fondation du Patrimoine vient d’accorder une subvention de 150 000 euros pour permettre la réalisation des travaux. Quinze personnes en insertion travaillent actuellement sur le chantier pour restaurer le voilier.

Outre qu’elle permet de conserver vivants les trésors de notre histoire en les maintenant accessibles au public, la sauvegarde du patrimoine participe à la relance économique durable.

Fondation du Patrimoine

 

Le Toumelin
Le Toumelin ©Philippe Villard

Cette goélette a été dessinée et construite en 1971 par le capitaine Pierre Brenet, navigateur et charpentier de marine. Après des essais en Méditerranée, Le Toumelin traverse l’Atlantique fin 1989 puis réside en Martinique qui devient désormais sa base d’accueil. Le Trois-Mâts entreprend sa carrière de navire de croisières en Caraïbe jusqu’en 2013.

En 2014, le Capitaine Pierre Brenet décède à bord de son navire. Danièle, son épouse, et Johann, son fils, prennent en charge le navire qui sera inscrit en juillet 2018 au titre des Monuments Historiques. C’est le premier et unique navire inscrit aux monuments historiques de la Martinique et des Antilles.

Ses plans de coque sont inspirés de ceux des Terre-Neuvas, ces voiliers qui pêchaient la morue au large de Terre-Neuve et la transportaient vers l’Europe et les Antilles. Le poisson séché et fumé était débarqué en Martinique et en Guadeloupe pour faire place aux tonneaux de rhum convoyés vers l’Europe.

"Un outil de promotion de l'île"

Le Toumelin est géré par l’association Martinique Voile d’Antan, agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale. Il sera, selon la Fondation du Patrimoine "un outil de promotion de l’île, ses entreprises et ses produits, lors de grandes manifestations nautiques caribéennes et métropolitaines (Antigua, Saint-Barthélemy, Brest, Rouen, etc.)".

"Réarmé sous statut de navire de plaisance à utilisation commerciale (NUC) après sa rénovation, précise toujours la Fondation dans un communiqué, il accueillera croisières de tourisme culturel et réceptions et réalisera des échanges entre les îles des Caraïbes. A ces occasions, en partenariat avec l’Ecole de formation professionnelle maritime et aquacole de Martinique, le trois-mâts recevra à son bord des élèves pour valider leur diplôme. Il accueillera également des actions pédagogiques auprès des scolaires, comme l’éveil et la sensibilisation à l’écologie marine. Il réalisera également des missions d’océanologie en partenariat avec l’Université des Antilles".

Mission Patrimoine et Fondation du Patrimoine

La Fondation du Patrimoine œuvre depuis 1996 pour le patrimoine français et c’est elle qui financera en partie la rénovation du Toumelin. La Mission Patrimoine portée par Stéphane Bern et soutenue par la Fondation du Patrimoine s’intéresse pour l’instant au patrimoine bâti sur terre. La dotation de 150 000 euros accordée pour aider au financement des travaux de rénovation de la goélette Toumelin n’a donc rien à voir avec la Mission Patrimoine de Stéphane Bern.