Le député Frédéric Maillot s'interroge sur le coût de la rentrée scolaire à La Réunion

assemblée nationale
Frédéric Maillot ©ALAIN JOCARD / AFP
Frédéric Maillot, député réunionnais NUPES, a interpellé le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye sur le coût des fournitures scolaires à La Réunion. Il a également évoqué à l'Assemblée Nationale la question "récurrentes" des professeurs titularisés et mutés.

"Dans 15 jours, les élèves réunionnais reprendront le chemin de l'école. Cette rentrée 2022 est percutée de plein fouet par les prix des fournitures scolaires", expose le député réunionnais Frédéric Maillot. C'est à La Réunion que s'effectue la première rentrée scolaire nationale, la première pour le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye.

Selon le député de gauche, l'augmentation du prix des fournitures scolaires sur le territoire est "bien au-delà" de la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire, aide destinée aux familles les plus modestes : "Plus 18% pour les cahiers, plus 40% pour une calculatrice [...], cela met à mal le principe républicain d'égalité des chances."

L'affectation des néo-titulaires n'est pas sans conséquences

Frédéric Maillot porte aussi à l'attention de l'Assemblée le problème "récurrent" des affections des enseignants titulaires. Ces derniers sont contraints de "s'exiler à des milliers de kilomètres, avec des conséquences familiales, financières et psychologiques", fustige le député réunionnais.

Répondre au cas par cas n'est plus tenable. Le message est clair : Nou veu vivre et nou veu travay dans nout péi"

Frédéric Maillot

En réponse au député, Pap Ndiaye rappelle les mesures spécifiques sur la question du pouvoir d'achat, mises en place par Jean-François Carenco, ministre délégué aux Outre-mer : "Il y a déjà la limitation de la hausse des loyers ainsi que des aides alimentaires pour les foyers qui ne bénéficient pas de minimas sociaux."

La loi pouvoir d'achat en cours de discussion devrait revaloriser l'allocation de rentrée de 4%, selon le ministre de l'Éducation nationale. Quant à la problématique de l'affectation, Pap Ndiaye souligne l'obligation de "répartir les enseignants équitablement sur le territoire national" : "A La Réunion, en 2021-2022, la moitié des demandes des néo-titulaires a été satisfaite", affirme-t-il.

Le ministre de l'Éducation national assure que "toutes les situations individuelles liées à des questions de familles seront étudiées avec soin".