Le magazine Astrapi taxé de racisme après la publication d'une illustration

racisme
Astrapi
Une blague du magazine Astrapi, destiné aux enfants de 7 à 11 ans a suscité l'indignation de nombreux internautes, qui ont vu du racisme dans son illustration. Ils reprochent au magazine d'avoir voulu faire rire en comparant un homme noir à un gros singe.
C'est un dessin qui aurait pu passer totalement inaperçu. Dans son édition du mois d'avril, la magazine bi-mensuel a publié en dernière page sa rubrique "Truc et astuces". Une page que les abonnés retrouvent à chaque édition, et qui compile des blagues, astuces et enigmes à destination des enfants.
 
Mais une blague a fait tiquer nombre d'internautes ce mois ci.
 
Un des dessins représente une petite fille qui se dirige vers l'entrée du zoo avec son père. Elle pointe du doigt ce qu'elle pense être un animal en demandant "pourquoi le gros singe il nous regarde"? Or il s'agit non pas d'un singe, mais du guichetier.
Or pour nombre d'internautes, ce guichetier était noir. Et la blague consistait donc à se moquer d'un homme noir en le comparant à un singe.
 

 


Astrapi s'excuse pour avoir "manqué de vigilance"

Le magazine s'est rapidement défendu sur les réseaux sociaux, s'excusant pour cette blague et le manque de vigilance sur l'illustration.


"Nous n’avons pas associé le gris du visage du personnage à une personne de couleur"

Des excuses développées dans un poste Facebook, plus long.  "Le racisme étant aux antipodes de nos valeurs, nous tenons à clarifier cette situation auprès de tous", écrivent les responsables du magazine.
"Nous adressons nos très sincères excuses à tous ceux qui ont pu se sentir choqués, blessés. Si nous avions imaginé une telle lecture de cette blague, il est évident que nous ne l’aurions pas publiée".
 
"Cette blague inspirée d’une blague de Toto met en scène un enfant qui, voyant un monsieur à la tête étrange (mais pas censé être noir !), laisse éclater sa spontanéité (comme le font souvent les enfants)... mettant son papa dans l’embarras. Que cette blague ne soit pas la meilleure qu’Astrapi ait publié en 40 ans, nous en convenons. (…)
Pour nous, cette blague faisait juste écho à ce décalage de comportement entre les enfants et les adultes. Le problème est que nous avons manqué de vigilance dans l’examen de l’illustration (qui se fait après la sélection des blagues) et nous n’avons pas associé le gris du visage du personnage à une personne de couleur.
", ajoutent-ils.



 
 
 
 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live