Violences autour de la cession de l'usine Vale : six personnes entendues par le juge d’instruction

justice
Incendie dans les bâtiments administratifs du complexe de Vale NC
Incendie dans les bâtiments administratifs du complexe de Vale NC ©Auteur Anonyme

Le parquet de Nouméa a déféré vendredi matin six des personnes placées en garde à vue depuis le début de semaine. Des personnalités liées à l'Ican et au collectif Usine du Sud = usine pays. L'information judiciaire qui a été ouverte tourne autour des violences du 10 décembre 2020 au complexe Vale. 

On l’attendait, et la nouvelle est tombée peu après 8 heures vendredi 7 mai, par un communiqué du procureur : le parquet de Nouméa a bien procédé ce matin au défèrement de six des personnes qui étaient placées en garde à vue depuis lundi, suite aux violences autour de la cession de l’usine Vale NC. Des mis en cause qui ont été transférés au palais de justice de Nouméa, où une mobilisation de soutien est en place.

Le juge d’instruction devrait recevoir les six prévenus un par un, la procédure devrait donc durer toute la journée.

Cinq "chefs d'infractions"

Le procureur, Yves Dupas, détaille les chefs d’infraction qui ont été retenus (sans pour autant préciser lesquels s'appliquent à chacun des six mis en cause, parmi lesquels le porte-parole de l'Ican Raphaël Mapou):

  • participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni de dix ans d’emprisonnement (notamment destruction de biens par incendie ou moyens dangereux pour les personnes) ;
  • destruction du bien d’autrui par incendie ou moyen dangereux pour les personnes, en bande organisée (bâtiment, véhicules, matériels vidéo et autres de Vale Nouvelle-Calédonie);
  • dégradation du bien d’autrui par incendie ou moyen dangereux pour les personnes, en bande organisée (bâtiment, véhicules, matériels de Vale NC);
  • complicité par instructions ou instigation de violences sans incapacité sur personne dépositaire de l’autorité publique (avec arme-cocktails Molotov, pierres sur  militaires de la gendarmerie) ;
  • complicité par instructions ou instigation de violence sans incapacité de travail en réunion (envers des salariés du complexe industriel). 

"Pas de caractère terroriste"

Le procureur précise "qu’il ne s’agit aucunement d’infractions à caractère terroriste comme certaines personnes semblent l’évoquer, mais de l’action concertée  d’un groupe d’individus au moyen du déploiement de toute une logistique en vue de s’attaquer à l’usine de Vale NC le 10 décembre 2020, notamment pour y  détruire des bâtiments, matériels et véhicules par incendie." 

Un jeudi sombre à l'usine du Sud

Ce jeudi-là, au quatrième jour d'une semaine marquée par l'escalade des tensions dans le Sud du pays, alors que la vente de Vale NC avait été annoncée la veille, le complexe a été la cible de plusieurs tentatives d'intrusion. Il a subi des dégradations et l'incendie d'un bâtiment administratif. Des centaines de salariés ont été évacués par la mer, tandis que l'usine était mise à l'arrêt.